Paris X Nanterre : la rentrée d'Elena, Axel et Arthur

Toute cette semaine, à l'occasion de la rentrée universitaire, France Info vous emmène sur le campus de Nanterre. Chaque jour, trois étudiants de première année vont nous raconter leur quotidien, leurs galères et leurs rêves. Aujourd'hui, ces "bleus de la fac" découvrent le campus où ils vont bûcher toute l'année.

Arthur, le lycéen jésuite

Arthur, 18 ans, est un peu
distrait, un peu perdu dans tous les papiers qu'on lui demande au guichet des
inscriptions. Cheveux ébouriffés, visage juvénile, le marseillais se montre
impressionné par le monde universitaire. Inscrit en éco-gestion,
il ne sera à la fac que deux jours et demi par semaine, le reste du temps il
suivra une classe préparatoire dans un lycée parisien.

Arthur paie ses frais
d'inscription (188 euros) avec des billets de 20 euros : il a perdu sa
carte bleue la semaine dernière et a du retirer l'argent à sa banque.

En découvrant les panneaux
d'affichage réservés aux étudiants, Arthur change d'univers : lui, le
lycéen modèle, qui a passé sa scolarité dans un lycée catholique jésuite et qui
fait partie des jeunes UMP de Marseille, va faire l'apprentissage du
militantisme d'extrême gauche.

"Dans mon lycée , dit
Arthur, il n'y avait qu'un rebeu, et c'était le fils du consul égyptien. Là
Nanterre, c'est différent ! C'est un autre monde, l'université"
.

Axel, le sportif de banlieue parisienne

Axel, 18 ans lui aussi, est originaire du Val de Marne. Admis de
justesse à Nanterre, il est en STAPS, Sciences et techniques des activités
physiques et sportives.

Alors que les autres font leur rentrée cette semaine, lui ça fait
15 jours déjà qu'il a commencé : horaires à rallonge, fatigue des
transports, dans lesquels il passe plus de trois heures par jour... Cette
première année s'annonce difficile. "Je ne tiendrai pas plus de trois
ans"
, dit Axel. "Mais bac + 3, c'est bien, ça me va" .

Elena, la voyageuse

Elena, 21 ans, est en première année d'anglais. Nanterre, elle
connaît déjà : elle y a fait deux années en archéologie. Deux ans au terme
desquels elle a tout lâché pour voyager : Australie, Asie... Son voyage a
duré deux ans.

Sourire rayonnant, teint bronzé, la jeune fille a encore du mal à
se reconnecter avec la vie universitaire. Libre comme l'air
pendant deux ans, elle doit réapprendre à se lever le matin, à travailler...

"Aller à la fac tous les jours, travailler pour les
examens... Il faut que je me remette dans le bain !
"

Chacun à leur manière, Elena, Axel et Arthur sont en tout cas très
motivés, prêts à tout donner pour réussir. A la fin de la première année 3
étudiants sur 10 quittent l'université.

Vous êtes à nouveau en ligne