Avignon: les intermittents du Off sur scène, quoi qu'il arrive

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le Off ouvre samedi. Plus d'un millier de compagnies sont au programme dans toute la ville. Une vitrine unique, disent-elles. Alors, pas question de faire grève quand on est dans le Off, "on ne peut pas se le permettre".

Theâtre du Verbe Fou hier soir à Avignon : Massimiliano Verardi, metteur en scène, prend ses marques sur le plateau. Cette année, dans le Off, Massimiliano présente La jeune fille et la mort,  une pièce d’Ariel Dorfman. "Un sacré risque, comme chaque année", soupire le metteur en scène.

"Le théâtre, le transport, le logement, la publicité... le budget minimum pour venir jouer à Avignon est de 40.000 euros",  explique Philippe Pierrard, comédien et producteur de la pièce (elle est financée par la compagnie Nuova Barraca et l'association Théâtr'Ailes). Dans ces conditions, et "même si nous sommes tous intermittents et que nous soutenons le mouvement de nos confrères du In, pas question de faire grève, on ne peut absolument pas se le permettre" .

Ce serait la faillite assurée et un énorme gâchis, selon l'Association du Off : cette année elle assure que près de 1.300 programmateurs venus de toute la France pour acheter des spectacles seront présents à Avignon.

Vous êtes à nouveau en ligne