"Marguerite et Julien" : une scandaleuse histoire d'amour

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans "Cinéma week-end" cette semaine, le nouveau film de Valérie Donzelli, "Marguerite et Julien", qui relate une histoire d'amour passionnelle et interdite entre un frère et une sœur au 17e siècle.

Dans Marguerite et Julien , la réalisatrice Valérie Donzelli s'inspire d'une histoire vraie, une histoire d'amour aux allures de fait divers, une grande histoire d'amour passionnelle et interdite, l'histoire d'amour qui, au début du XVIIe siècle, a uni un frère et une sœur, Marguerite et Julien de Ravalet, et a fait scandale.

Un conte où les époques se mélangent

Et toute la singularité du film de Valérie Donzelli est de n'être pourtant ni un film historique, ni un film sulfureux, ni un film de société. Elle nous embarque en fait dans un conte, où les époques se mélangent, ou elle laisse toute leur place, au romanesque, au lyrisme et aux grands sentiments.

C'est un risque, car les effets de caméra et de style sont parfois excessifs et peuvent agacer, mais la cinéaste a le mérite de prendre de grandes libertés, tout comme ses personnages incarnés par Jérémie Elkaim, et Anaïs Demoustier, qui a été emportée par cette histoire :

"Ce film m'a fait me poser la question de la liberté, et me donne un élan, qui est l'élan de ces deux personnages, qui sont prêts à aller au bout de leur vérité. Ce sont deux adultes, qui sont consentants, qui s'aiment, qui sont prêts à aller au bout de leur destinée. Et moi j'ai été dans la compréhension la plus totale, j'ai envie qu'ils soient ensemble, qu'ils s'aiment, qu'ils soient libres. Là au moins on peut dire que c'est un film qui pose une question, c'est sûr, il a ça pour lui!", déclare la réalisatrice.

 

 

 

L'un des personnages les plus attachants et intrigants à découvrir sur les écrans la semaine prochaine sera celui qu'incarne Isabelle Huppert dans Back Home de Joachim Trier, une femme aux multiples facettes, à la fois maternelle et absente, volontaire et dépressive.

Une femme photographe de guerre, et mère de famille, dont les tiraillements entre ces deux pôles de sa vie ont quelque chose d'universel pour l'actrice : "Comment on continue à vivre quand on est témoin des tragédies du monde ? Bien ou mal ? Mal en ce qui concerne mon personnage car, pour elle, le fossé est trop grand. Le thème peut être universel, même si tout le monde n'est pas photographe de guerre. Aujourd'hui, plus les événements sont proches, plus ils sont insupportables, plus on est atteint dans nos vies."

 

Le box-office

Au classement hebdomadaire, les grosses productions anglo-saxonnes continuent de faire la course en tête : Hunger games devance toujours 007 Spectre , et, désormais, à la troisième place, Le voyage d'Arlo , le nouveau Pixar qui a séduit près de 500.000 spectateurs lors de sa première semaine dans les salles.

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne