Fête du cinéma : 4 euros la séance !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

À l’affiche aujourd’hui : une délicieuse immersion dans l’Angleterre de la fin du XVIIIe siècle ; une fête de quatre jours dans les salles obscures ; et un poisson amnésique qui caracole en tête.

Plus de 20 ans après avoir été découverte dans Beaucoup de bruit pour rien , l’euphorisante adaptation shakespearienne signée Kenneth Branagh, l’actrice britannique Kate Beckinsale entre dans l’univers de Jane Austen.

Love & Friendship , un parfum des Liaisons dangeureuses

Il s’agit d’un court roman de jeunesse de l’auteur anglaise, intitulé Lady Susan , que le réalisateur Whit Stillman rebaptise Love & Friendship

On y suit les marivaudages d’une jeune veuve manipulatrice et volage, en quête d’ascension sociale et d’un mari, pour elle et pour sa fille.

 Impossible de ne pas penser aux Liaisons dangereuses, on se délecte des stratagèmes et de la duplicité de cette Lady Susa, on déguste les dialogues où un mot fait l’effet d’un coup de poing.  

Whit Stillman signe une adaptation somptueuse, hors du temps, dans laquelle on plonge avec délice : l’Angleterre comme on l’aime, c’est dans Love and Friendship de Whit Stillman en salle depuis mercredi.

 

 Un film brésilien : Le professeur de violon de Sergio Machado

 

L’histoire d’un violoniste virtuose qui, recalé lors d’un concours pour intégrer un orchestre, va donner des cours de musique dans une favela de Sao Paulo.

 Au milieu des gangs et devant des ados à la vie cabossée, peu à peu, le miracle naît : musique classique et musique populaire - et même rap, s’accordent ; certains élèves vont se révéler dans cet improbable orchestre à cordes. Malgré une mise en scène académiquement hollywoodienne et quelques clichés, le film touche. Oui, la musique adoucit les mœurs. Oui, des mondes opposés peuvent résonner ensemble.

Le professeur de violon . C’est signé Sergio Machado. Et c’est en salle de puis mercredi.

 

 Le professeur de violon et Love and Friendship , deux films à voir dès demain lors de la Fête du cinéma. Ça dure 4 jours et le principe est simple. C’est 4 euros la séance dans les 5 600 salles du pays. 

La 32e Fête du cinéma du dimanche 26 au mercredi 29 juin 2016

(© FNCF)

Un événement qui espère redresser un peu la barre de la fréquentation. Elle est en baisse en juin. Notamment depuis le début de l’Euro de football. Parmi les parrains de cette 32e édition, un cinéphile : Costa Gavras.

 

Le président de la Cinémathèque française et réalisateur de Z, L’Aveu ou encore Amen continue de voir plusieurs films par semaine et il est prêt à faire sa fête au 7e art.

Les chiffres de fréquentation, ils sont en baisse

Mais certains s’en sortent malgré tout très bien : sur la semaine écoulée, c’est toujours Retour chez ma mère avec Josiane Balasko qui attire le plus : le film d’Eric Lavaine a séduit près d’1 million 400 000 spectateurs. 

 

Parmi les nouveautés en tête, C’est un poisson amnésique, Dory, qui fait la course en tête : 195 000 entrées pour le nouveau film d’animation des studios Disney Pixar -  8e meilleur démarrage de l’année.

Suivent, beaucoup plus loin, deux bons films français : L’outsider de Christophe Barratier, récit prenant de l’ascension de Jérôme Kerviel jusqu’à l’affaire que tout le monde connaît.  

Et le réjouissant Tout de suite maintenant de Pascal Bonitzer, entre comédie romantique, vaudeville et thriller. La bande originale est signée Bertrand Burgalat et chantée par Julia Faure.