Cinéma week-end. Petit Paysan, l'amour vache

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Que voir dans les salles de cinéma ce week-end ? Yann Bertrand vous conseille deux films, entre plongée dans le monde paysan et success story version rap et féminine.

Petit Paysan : un jeune éleveur, loin des clichés

Youtube

Petit Paysan. C'est une histoire a priori banale, un quotidien de paysan dans une campagne, quelque part en France. L'histoire de Pierre, jeune éleveur qui a repris la ferme familiale. Son métier le passionne, ses bêtes font son admiration, jusqu'à en être malade. 

Pris dans le tourbillon d'une épizootie qui touche ses vaches, le jeune homme va tout faire pour cacher le problème aux autorités sanitaires. On pense bien sûr à la vache folle, ces maladies à grande échelle qui déciment des troupeaux dans les campagnes. Petit Paysan est un film fort, sombre et d'une normalité déchirante à la fois.

Un triomphe au festival d'Angoulême

C'est aussi une projection de la vie qu'aurait pu mener le réalisateur, Hubert Charuel, la trentaine à peine. Lui aussi vient de là, il a quitté la ferme familiale pour se destiner au cinéma. Et ce premier film, il l'a voulu aussi proche de la réalité que possible, c'est-à-dire loin des clichés.

Et ce cinéma-réalité a déjà fait un joli chemin, de la Semaine de la Critique à Cannes au triomphe mérité lors du dernier festival d'Angoulême.

Coup de coeur pour Patti Cakes

Youtube

Des champs du désespoir à l'espoir en forme de chant. Coup de coeur cette semaine pour un film rare : Patti Cakes, de l'Américain Geremy Gasper, dresse le portrait d'une jeune femme qui va suivre son rêve malgré les coups de pied de la réalité. Patti, 23 ans, physique imposant et caractère bien trempé, tente de forcer le destin pour faire ce qu'elle aime : du rap. La musique comme seule possibilité de ne pas devenir comme sa mère, aigrie et désabusée dans une ville sans âme du New Jersey... Avec ses amis mal assortis, Patti va tracer son chemin...

Un peu vite labellisé 8 Miles au féminin, Patti Cakes n'est pas Eminem. C'est une jeune femme passionnée, talentueuse et hors du commun. C'est la fabuleuse Australienne Danielle McDonald qui lui prête ses traits, pour une grande performance. La raison est simple : elle y a mis beaucoup d'elle-même...

Et puisqu'il est toujours bon de finir en musique,  pendant que Valérian et La Planète des Singes se disputent les deux premières places du box-office. 120 battements par minute a bouclé sa première semaine sur plus de 220.000 entrées en salles. Les années Act-Up vues par Robin Campillo, bouleversant coup de coeur de cette rentrée, avec une bande originale signée Arnaud Rebotini qui remixe le titre désormais iconique de Bronski Beat, Smalltown Boy.

Vous êtes à nouveau en ligne