Cinéma week-end. "The Father" et "Si le vent tombe", nos conseils de la semaine

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'actualité des films en salles cette semaine, avec un coup de coeur pour le film de Florian Zeller, doublement oscarisé, "The Father" et un film franco-belgo-arménien écrit et réalisé par Nora Martirosyan, "Si le vent tombe", dont franceinfo est partenaire. 

Premier film, première expérience à Hollywood, et donc vraie réussite pour Florian Zeller. À 41 ans, le dramaturge français, et auteur aujourd'hui le plus joué au monde, fait un carton plein avec The Father. Et pour le moment le succès du film en nombre d'entrées le confirme. Une oeuvre enfin visible en France après une vie à l'étranger, deux Oscars, et de nombreux reports liés au Covid-19.

The Father, c'est l'adaptation de sa propre pièce de théâtre, Le Père, écrite en 2012. Avec un Anthony Hopkins en majesté, dans le rôle d'un vieil homme qui perd peu à peu la tête, oscarisé pour l'occasion, face à une Olivia Colman, toute aussi excellente.

Pour une première donc, la mise en scène étonne par sa fluidité, son efficacité, tout le dispositif consistant à rendre visible et sensorielle la démence qui s'installe chez son personnage, nous mettant, nous aussi, spectateurs, face à une situation que beaucoup vivent dans la réalité avec leurs proches. Florian Zeller qui, chose rare à Hollywood, a réussi à garder la main sur son projet et sur son film. 

Et en attendant de connaître le nombre d'entrées que fera The Father en France, le succès d'estime du film et ses récompenses ont lancé la machine Zeller outre-Atlantique, puisqu'il doit désormais adapter une autre de ses pièces, The Son, à Hollywood avec les stars Hugh Jackman et Laura Dern.

Sons of Philadelphia de Jérémie Guez

Et puisqu'on parle des Français qui réussissent à Hollywood, parlons de Jérémie Guez. À 33 ans, celui qui a déjà signé plusieurs polars et scénarios a sorti cette semaine son deuxième film, Sons of Philadelphia, d'après un roman de l'américain Pete Dexter, un polar très sombre, mettant aux prises des voyous irlandais et italiens, avec deux frères joués par Joel Kinnaman et Mathias Schonaaerts. 

Si le film force un peu trop le trait du glauque et se déroule de manière un peu caricaturale en permanence dans la pénombre, avec aussi un personnage féminin hélas sous-écrit et trop peu développé, il y a de très belles choses dans ce deuxième opus et la confirmation d'un vrai talent chez Jérémie Guez.

Si le vent tombe de Nora Martirosyan

Autre sortie de la semaine, et film dont franceinfo est partenaire, Si le vent tombe de Nora Martirosya se déroule au Haut-Karabagh, tourné en 2018, sur place donc, avant le retour du conflit il y a quelques mois, entre Arménie et Azerbaïdjan.



Dans des paysages magnifiques, Grégoire Colin joue un ingénieur français qui vient expertiser l'aéroport de Stepanakert et qui découvre ce pays non reconnu qui en quelque sorte n'existe pas, et où la guerre peut éclater à tout moment. Un film prémonitoire en quelque sorte.

Enfin, parmi les autres films en salles depuis mercredi, on vous conseille aussi Promising Young Woman, premier film d'Emerald Fennell, actrice vue notamment dans la dernière saison de The Crown. Une Carey Mulligan impressionnante joue Cassandra, qui venge le viol de sa meilleure amie, du temps de leurs études. Une comédie post-meToo plutôt trash et jubilatoire. 

Vous êtes à nouveau en ligne