Cinéma week-end. "Debout sur la montagne" : Loin des villes, les trentenaires se retrouvent

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le réalisteur Sébastien Betbeder trace son sillon dans le cinéma français, on retrouve ici ses thèmes préférés : la jeunesse, la vie loin des grandes villes, et toujours, la même poésie.  

Les trentenaires que le cinéaste Sébastien Betbeder met en scène sont des amis d'enfance, éloignés depuis 15 ans, et qui se retrouvent dans leur village de montagne pour les obsèques du frère aîné de l'un d'eux. Déjà abîmés par la vie, ils s’interrogent sur leur avenir et se disent que, finalement, c'est peut-être ailleurs que dans les grandes villes qu'ils se feront une place dans ce monde violent.  

Cet isolement me permet de regarder l'époque avec plus de recul

Sébastien Betbeder

Sébastien Betbeder passe par le poétique et le fantastique pour observer ses personnages qui, en retrouvant une amitié originelle, vont essayer d'échapper à des psychoses et des solitudes très actuelles. Le réalisateur, à peine sortie de la trentaine, né lui aussi à la montagne, constate en regardant la jeunesse d'aujourd'hui, un désir de prendre la tangente.      

Le Traître de Marco Bellocchio  

Des années 60 à aujourd'hui, la filmographie de l’italien raconte l'évolution politique et sociétale de son pays, pas étonnant qu'il s'intéresse, avec ce film, à la mafia sicilienne, bien aidé par les personnages réels par l'un des épisodes les plus forts de l'histoire de Cosa Nostra.  

Dans les années 80, les familles mafieuses se déchirent, et quand Tommaso Buscetta, parti au Brésil faire de belles affaires avec la drogue et mener une vie libre et festive loin de Palerme, est arrêté, il rompt l'omerta mafieuse et se confie au juge Giovanni Falcone.

Il y avait dans le tournage quelque chose d'amusant, mais aussi de désespérant

Marco Bellocchio

Le clan Corleone a décimé la famille de Tommaso Buscetta, assassiné ses deux fils. Et Buscetta devient le repenti, celui qui permettra l'arrestation de dizaines de parrains, dont le grand chef sanguinaire Toto Rina. Le comédien Pierfrancesco Favino est un formidable Tommaso Buscetta, et les scènes du maxi procès qui a duré près d'un an et demi sont épiques, une aubaine cinématographique pour Marco Bellocchio.      

La Cordillère des songes de Patricio Guzmán

46 ans après le coup d'État de Pinochet, le cinéaste qui n'est pas retourné vivre au Chili, nous rappelle une fois de plus que quand un peuple ne règle pas ses comptes avec son passé, l'histoire repasse les plats sans ménagement.

Depuis Nostalgie de la lumière, Patricio Guzmán fait d'étonnants et poétiques parallèles entre les éléments intemporels et le destin de son pays. Après les poussières d'étoiles qui se mêlaient dans le désert aux restes des disparus de la dictature, voici que la Cordillère des Andes, majestueuse chaîne montagneuse qui parcourt le pays du nord au sud, serait le témoin silencieux de la tragédie chilienne.

Les Images apaisantes des cimes précèdent celles violentes de toutes ces manifestations réprimées des décennies durant, et qu'un autre cinéaste a sans relâche tournées et archivées. Et Patricio Guzmán de dire de sa voix triste qu'il  rêve encore que son pays retrouve son enfance et sa joie.                

Vous êtes à nouveau en ligne