Cinéma week-end. Daniela Vega est "Une femme fantastique"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le retour d'Emir Kusturica, un road movie français docu-fiction et le film franceinfo de la semaine qui vient du Chili.

Ours d'argent à Berlin, Une femme fantastique du chilien Sebastian Lelio

Une femme fantastique met la question transgenre à l'écran et révèle une actrice transsexuelle.

Je veux être vivante de la manière la plus digne et la plus rebelle possible

Daniela Vega

Daniela Vega est Marina, transsexuelle, serveuse et chanteuse lyrique amateur, elle vit une belle histoire d'amour avec Orlando, de 20 ans son aîné. Quand son compagnon meurt brutalement, elle prend comme un boomerang sa condition transgenre. Impensable pour la famille du défunt d'accepter que Marina assiste aux obsèques, elle est totalement niée dans son identité et son existence avec une violence bien latino qui va crescendo. Elle devient alors véritablement Une femme fantastique, rebelle, courageuse, qui va s'émanciper, Sebastian Lelio passe par l'onirisme et on découvre une actrice troublante, Daniela Vega, transsexuelle aussi, elles ne sont pas nombreuses au cinéma.

On the Milky Road est le 11e film d'Emir Kusturica

Il se trouvera des blasés et des grincheux pour dire que le réalisateur doublement palmé à Cannes tourne en rond, fait encore le même film, pas ici.

Aujourd'hui, il n'y a pas beaucoup de films avec une architecture

Emir Kusturica

Dans On the Milky Road, il y a des fermes, des oies, des soldats, des balles qui fusent, des tziganes, une fanfare, des femmes qui picolent et donnent des coups de poing, il y a la guerre, oui, encore une fois. Mais Kusturica la filme comme personne, met de la poésie sur la folie des hommes et se met en scène avec Monica Bellucci, jamais filmée comme ça, dans une délicieuse histoire d'amour. Oui, ça ressemble à ses autres films, mais c'est encore différent, irrésistible, écho d'une époque révolue où les cinéastes avaient un style, une signature.

Premier film de Maryam Goormaghtigh : Avant la fin de l'été

 Maryam Goormaghtigh ne sait pas si Avant la fin de l'été est un documentaire, une fiction ou un docu-fiction, nous non plus, peu importe.

C'est un beau témoignage de ce qu'on a été dans notre trentaine

Maryam Goormaghtigh

Cette jeune franco-suisse d'origine iranienne est née sous une bonne étoile. Un soir d'hiver à Paris, sous la neige, elle entend dans un café trois jeunes iraniens discuter, elle ne les lâchera pas et va raconter leur histoire dans un charmant road movie.

Les trois amis vivent leurs dernières semaines ensemble, car Arash a décidé de rentrer au pays, les deux autres le décident de partir en vacances avec eux, direction la mer Méditerranée. Maryam Goormaghtigh les filme dans la mélancolie de l'après 15 août. Elle a eu de la chance, le trio de copains est excellent devant la caméra, mais Avant la fin de l'été est un vrai film qui ne doit pas tout au hasard.