"Boomerang", du cinéma d'auteur filmé à la David Fincher

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Sur fond de secrets de famille, de retour aux sources, il y a parmi les nombreuses nouveautés de la semaine un polar familial que Fabrice Leclerc a repéré : "Boomerang" de François Favrat.

On est dans le polar familial, mais c'est un film assez atypique. Un homme de 40 ans qui vient de se séparer de sa femme, qui veut retourner aux sources, il va partir avec sa sœur sur l'île de Noirmoutier à la recherche de l'histoire de sa famille et bien sûr, il va lever un lièvre, celui de la mort de sa mère. Et c'est assez étonnant dans le cinéma français où on est quand même habitué à des films assez cadrés, des histoires de famille, des histoires d'amour.

 Un film intimiste filmé comme un thriller

Et c’est ce qui fait le grand intérêt de Boomerang ,. Après Le rôle de sa vie , François Favrat, est un grand metteur en scène, qui sait amener les choses dans des flash-back, dans des ambiances, dans une lumière à Noirmoutier très glaçante, on est dans du David Fincher qui ferait du cinéma d’auteur à la française.

Synopsis

Boomerang : nom masculin, arme de jet capable en tournant sur elle-même de revenir à son point de départ… En revenant avec sa sœur Agathe sur l’île de Noirmoutier, berceau de leur enfance, Antoine ne soupçonnait pas combien le passé, tel un boomerang, se rappellerait à son souvenir. Secrets, non-dits, mensonges : et si toute l’histoire de cette famille était en fait à réécrire ? Face à la disparition mystérieuse de sa mère, un père adepte du silence et une sœur qui ne veut rien voir, une inconnue séduisante va heureusement bousculer la vie d’Antoine…