"A War" : un grand film de Tobias Lindholm sur la guerre

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Au programme aujourd’hui : un opus précis et tendu sur la guerre en Afghanistan, l’avenue des Champs-Élysées à Paris à la fête, et la fréquentation des cinémas en hausse en cette période de mauvais temps.

 Il se passe décidément quelque chose dans le cinéma danois !

Une semaine après l’extravagant Men and Chicken avec Mads Mikkelsen, voici le très sobre A War, réalisé par son compatriote Tobias Lindholm.Divisé en deux parties, le film montre à la fois un commandant et ses troupes chargés de sécuriser une province afghan avec, en parallèle, la vie, à Copenhague de la famille du militaire, sa femme, ses enfants.Un jour, les opérations quotidiennes des militaires danois basculent en une attaque sanglante. C’est alors un tout autre film qui va se dérouler. Celui du procès de l’officier, de retour au pays, va devoir répondre de sa responsabilité devant un tribunal qui observe très cliniquement ce que nous, spectateurs, venons de vivre avec effroi.  Dans Hijacking , son précédent film, Tobias Lindholm racontait la prise d’otages d’un navire par des pirates en montrant en parallèle la cellule de crise chez l’armateur.Avec un procédé similaire, il décrit cette fois une guerre avec ses conséquences pour les hommes qui la font, et pour leur entourage également.

Le récit est précis, la mise en scène tendue. Surtout, le cinéaste prend soin de ne jamais prendre parti. Il invite chacun d’entre nous à nous interroger.Un grand film sur la guerre : A War de Tobias Lindholm avec Pilou Asbaeck, connu des amateurs des séries Borgen et Game of Thrones .

 

(Affiche Festival Champs Elysées)

Le Champs Élysées Festival du 7 au 14 juin

 

Vous aimez le cinéma américain indépendant ? Vous habitez l’île de France ? Le Champs Élysées Festival est fait pour vous !C’est déjà la 5è édition de ce rendez-vous qui démarre mardi.

Une semaine de films entre les États-Unis et la France avec une compétition. Le jury est présidé par Nicole Garcia. Au programme:  des films en avant-première, du répertoire, des master classes,  des invités aussi comme le cinéaste new-yorkais Abel Ferrara.  Et ça se passe dans les cinémas de l’avenue des Champs-Élysées à Paris. Sophie Dulac, distributrice et directrice de salles de cinémas, a imaginé ce Festival.

Retour chez ma mère d'Eric Lavaine démarre bien

 Le box-office, pour finir :sur la semaine écoulée, d’abord, c’est Warcraft : le commencement , adaptation du célèbre jeu vidéo, qui prend la tête dans les salles :  667 000 entrées en sept jours. Parmi les nouveautés en salle, Retour chez ma mère a séduit 124 000 personnes mercredi. Un très bon démarrage pour cette comédie populaire et réussie d’Eric Lavaine, avec Josiane Balasko en retraitée amoureuse et fan de Francis Cabrel.