Philippe Starck, architecte, designer... et aviateur

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Philippe Starck, est aujourd'hui un architecte, designer, talentueux touche-à-tout, à la renommée internationale. Il doit, en partie, cette réussite professionnelle à son père, André Starck, moins connu du grand public, mais qui fut à la fin des années 40, un concepteur d'avion léger.

 Du coup,
Philippe Starck s'est lui aussi intéressé très vite à l'aviation, en
pilotant, puis en travaillant pour des constructeurs ou des compagnies.

"Moi je suis l'Obélix de l'aéronautique , s'amuse le célèbre designer, c'est vrai  c'est pas une plaisanterie que mon lit était sous la table à dessin de mon père, et quand je bougeais, j'avais les abaques, les perroquets et les rouleaux de papier où il y avait les empennages, des ailes, et j'ai vraiment été élevé là dedans et mon père étant un fou furieux d'aviation, en dehors de construire des avions Starck, qui étaient des sortes de Ferrari de l'entre-deux guerres, très fins, très élégants, très réputés, en plus quand il rentrait à la maison, il faisait des maquettes. L'appartement qui était petit était rempli de maquettes Hailey, c'était la marque, donc je suis né avec ce virus..."

Philippe Starck a voyagé très tôt, et beaucoup pour ses besoins professionnels, prenant l'avion presque tous les jours, puis il a commencé à piloter lui-même, a commencé, comme il dit "à écraser" ses avions lui-même..."J'ai voulu avant tout  piloter pour sortir d'une société où tout est réparable, tandis que dans l'aéronautique, à la moindre erreur, on meurt..."

"Mon premier crash, c'était simplement un interrupteur de pompe à essence, que j'ai oublié d'allumer..."

"Et donc ça m'a beaucoup intéressé de me voir moi-même en
train de mourir,
poursuit le designer, de voir ce que j'étais comme personne...J'ai intelligemment
tenu mon manche, et on s'est écrasé avec calme et élégance, on est sorti de l'avion, couvert d'essence, et on a
marché avec sérénité...C'était une
aventure vraiment intéressante.

Après quelques incident du même genre, Philippe Starck décide de dessiner des avions plus gros avec des gens qui pilotaient pour lui. "Ce que j'aime, c'est pourvoir me déplacer librement dans un fluide, en avion on
se déplace librement ou presque, dans un fluide en trois dimensions. Quand on atteint la 3e dimension on peut dire que le corps est libre...
"

 

Vous êtes à nouveau en ligne