Les compagnies aériennes interpellent les candidats à la présidentielle

Pour lutter contre le déclin du pavillon aérien français, la Fédération nationale de l’aviation marchande a fait dix propositions aux candidats à l’élection présidentielle.

Pour
la Fédération Nationale de l’Aviation
Marchande, le constat est dramatiquement simple : "Depuis dix ans, le
pavillon français, perd un point de part de marché chaque année"
, déclare
Lionel Guérin, président de la FNAM et président des compagnies Airlinair et
Transavia. A l’approche de la
présidentielle, la FNAM a donc décidé, d’interpeller
les candidats à l’Elysée, sur le risque de
voir de disparaître les compagnies françaises.

Dix
propositions ont été adressées aux candidats à la présidentielle pour retrouver
une meilleure compétitivité et faire de la France une porte d’entrée de l’Europe.
Parmi ces propositions, une diminution du coût du travail  par un
déplacement de l'assiette des cotisations sociales sur d'autres prélèvements
fiscaux, un abattement des charges
patronales pour le personnel navigant, et une baisse significative des taxes
aéroportuaires liées à la Sureté.

Il
y a cinq ans, la FNAM, avait déjà adressé, une mise en garde aux candidats à la
présidentielle. Mais en cinq ans, rien n’a
bougé, à l’exception, le reconnaît
Lionel Guérin, de la réforme sur la taxe professionnelle.

Le
transport aérien, sera-t-il, cette année, plus écouté ? Lionel
Guérin,  veut y croire, même si pour l’instant, seul, François Hollande a répondu, par écrit, au
courrier de la Fédération Nationale de l’Aviation
Marchande.

Vous êtes à nouveau en ligne