Le vol Zero G désormais ouvert au grand public

Le rêve est devenu réalité pour les terriens qui rêvent d'espace. Pour 5980 euros TTC, il est désormais possible de s'offrir un vol en apesanteur à bord de l'A300 Zéro-G de Novespace. C'est la société Avico, l'un des leaders mondiaux de l'affrètement qui est chargée de commercialiser ces vols.

Pour recréer les conditions
de l'apesanteur, la portance, la traînée et la poussée trois des quatre forces
auxquelles est soumis un avion en vol doivent être annulées. Il ne substitue
que son poids, comme l'explique, très simplement, l'astronaute et directeur de
Novespace, Jean François Clervoy. Si on aplatit légèrement cette parabole, on
augmente la gravité, et l'on peut ainsi recréer les sensations d'un déplacement
sur la Lune ou sur Mars. Côte pilotage, la manœuvre est extrêmement précise.

Les vols grand public seront organisés sur une journée entière,
le vol proprement dit durant deux heures trente environ. Il comprendra 15  paraboles, soit cinq minutes d'apesanteur cumulée.

Les 40 passagers seront répartis en quatre groupes encadrés
chacun par deux accompagnateurs et se verront proposer des activités
d'orientation, de positionnement ou des manipulations d'objets en mousse.

La première parabole permettra d'atteindre la gravité martienne
avec "un résidu de sensation de poids " (un tiers du poids), a
expliqué Jean-François Clervoy. Elle sera suivie de deux paraboles lunaires
(1/6 du poids), "la même sensation que d'être debout sur la lun e",
puis de 12 paraboles en apesanteur.

Il leur faudra cependant encore s'armer d'un peu de patience,
car si les "réservations" sont ouvertes depuis mardi dernier
(www.airzerog.fr), le premier vol commercial n'est programmé que pour le 15
mars 2013, depuis Bordeaux-Mérignac. "C'est un produit exceptionnel et du coup ce n'est pas un
cadeau
", a reconnu au cours d'une conférence de presse Gilles Gompertz,
directeur général d'Avico,

Le ticket donne accès à l'A300 Zéro-G, un avion unique jusqu'ici
utilisé uniquement à des fins scientifiques, propriété de Novespace, filiale du
CNES, l'agence spatiale française. Deux
autres vols commerciaux auront lieu en 2013, puis trois en 2014, avec à chaque
fois 40 passagers, dont une douzaine de personnes invitées par le CNES dans le
cadre de ses missions de diffusion de la culture scientifique.

Si
vous souhaitez en savoir plus sur le vol parabolique, un livre, "Voler en
apesanteur
"  de Frank Lehot, aux éditions
Vuibert.