Chroniques du ciel. La bataille de Midway

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Après leur raid sur Pearl Habour, le 7 décembre 1941, les Japonais vont subir à Midway, cinq mois plus tard, leur plus sévère défaite. Retour sur l'histoire de cette bataille, à l'occasion de la sortie du film de Roland Emmerich, "Midway", mercredi 6 novembre.

Au début des années 40, le Japon avait une doctrine et considérait que l’océan Pacifique était destiné à être dominé par l’empire du Soleil Levant. En décembre 1941, l’aviation japonaise avait donc décidé d’attaquer la flotte américaine sur la base de Pearl Habour, au large d’Hawaï, où était regroupée une grande partie de la flotte américaine du Pacifique. L’assaut fut rapide. Les avions japonais n’avaient pas été détectés par les radars américains, persuadés qu’il s’agissait d’un exercice avec des bombardiers américains.

Pear Harbour, "un jour d'infamie" pour Roosevelt

Ce jour-là, les bombardiers et chasseurs japonais, les "zéro", les chasseurs Mitsubishi, allaient totalement détruire le terrain d’aviation de Ford Island avant d’anéantir totalement la flotte de cuirassés américains. La bataille de Pearl Habour allait faire plus de 3 000 morts, 200 avions au sol furent détruit. L'Amérique, piquée au vif, le président Roosevelt décrira cette journée comme un jour d’infamie, il déclarera la guerre au Japon avec une terrible soif de vengeance.

La vengeance américaine

Ayant réussi à intercepter le code secret de transmission des Japonais, les Américains n’étaient pas sans ignorer que la flotte nippone, allait, le 3 juin 1942 attaquer l’Ile de Midway, à 2 000 kilomètres au nord-ouest d’Hawaï. Ils leur avaient donc tendu un piège. Restés en embuscade, ils avaient laissé les chasseurs japonais attaquer l’Ile de Midway.

Ils avaient observé et attendu que les bombardiers japonais repartent se ravitailler, se réarmer vers leurs porte-avions plus au large. Ils avaient minuté le décollage de leurs propres bombardiers et avions torpilleurs, de façon qu’au moment où les porte-avions japonais seraient encombrés d’avions en train de ravitailler, et bien à ce moment précis, ils avaient envoyé par le fond, en cinq minutes, trois des quatre porte-avions japonais, l’Akagi, le Kaga et le Soryu qui seront réduits à l’état d’épaves flottantes.

Pour les Japonais, l’échec est cuisant

Ils vont laisser dans cette bataille une bonne partie de leurs meilleurs équipages, les plus expérimentés. Une grave défaite présentée comme un tournant dans la guerre du Pacifique. À partir de Midway, l’avance japonaise est définitivement stoppée, mais surtout les Américains peuvent lancer la contre-attaque. Elle débutera par Guadalcanal.      

Vous êtes à nouveau en ligne