Chroniques du ciel. Bilan 2020 : l'aérien en crise

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Avions cloués au sol, aéroports vides, faillites en cascade : 2020, année noire pour le transport aérien.

Le transport aérien victime d’un virus qui en quelques mois a mis à un terre un secteur qui, il y a tout juste un an, parlait encore de croissance à deux chiffres. Le transport aérien a perdu en 2020 plus de 100 milliards de dollars Il mettra du temps à se relever de la pire crise de son histoire.

Pas avant 2023 ou 2024 et à la condition d’entrevoir dès cette année le bout du tunnel, ce qui n’est pas forcément encore acquis. Et tant que les Etats ne s’accorderont pas sur des politiques communes face aux moyens de lutter contre la pandémie, le secteur naviguera à vue.

Le monde d’après, renaîtra sur les cendres des très gros porteurs. Le Covid a fait des milliers de victimes. Il a aussi tué, l’un des appareils les plus emblématiques du transport aérien moderne, le Boeing 747, il a définitivement enterré un échec commercial l’A380, d’Airbus. Et aujourd’hui, certains experts émettent des doutes sur la pérennité d’appareils comme le 777, considéré comme la "machine à cash" de Boeing,

Le monde d’après, sera celui des avions monocouloirs au long rayon d’action, l'A321XLR d’Airbus ou le 737 Max, qui vient d’effectuer son grand retour en vol après deux accidents mortels en 2018 et devrait à priori avoir un bel avenir. Le monde d’après, le monde de 2021, sera celui de la consolidation du secteur. Les petites compagnies qui n’ont pas la taille critique disparaitront, S’en sortiront les "low cost", peu endettées, réactives aux structures de coûts extrêmement flexibles. Elles survivront aux côtés des "Legacy", les compagnies traditionnelles, très endettées, peu compétitives mais largement soutenues par les Etats, à l’image du groupe Lufthansa ou d’Air France-KLM. 2021 et le monde d’après, verra peut-être se dessiner la fin de certains modèles économiques basés sur les grands hubs, les plates-formes de correspondances pour des vols plus directs de point à point. 2021 et le monde d’après, verra sans doute apparaître de nouveaux acteurs, qui à coup sûr et partant d’une feuille blanche auront su profiter des opportunités offertes de cette crise sanitaire. Mais en attendant, il y aura de la casse. 2020 "Annus Horribilis" est une année à oublier.

En dehors de la crise sanitaire, elle vient de se terminer sur la disparition, début décembre, d’une légende de l’histoire de l’aviation, l’américain Chuck Yeager, premier pilote à avoir franchi le mur du son en 1947 à bord du Bell X1 et qui ouvrira l’ère du transport aérien moderne. L’occasion de se replonger dans la lecture d’un Best-Seller de la littérature américaine, le Roman de Tom Wolf, L’Etoffe des Héros.    

Vous êtes à nouveau en ligne