Cet été 2020. Camping, plage, randonnée... et révisions : une semaine de reportages en Corse

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

franceinfo sur la route de votre été. Pendant tout l'été 2020, les reporters de franceinfo vont à votre rencontre sur vos lieux de vacances. Cette semaine, direction l'île de Beauté. 

Première étape à Porticcio au camping le Benista, qui signifie "bien-être" en Corse. Avec l’épidémie de coronavirus, la saison commence doucement. "C’est très très calme, on a une dizaine d’emplacements de pris et une dizaine de bungalows aussi", explique Dominique Casalta, gérant de ce camping "très familial et plutôt traditionnel, avec 200 emplacements en tout". Il y a tout de même des habitués comme Gilou.

Gilou est une fidèle du camping le Benista à Porticchio (Corse-du-Sud) depuis 39 ans, avec son t-shirt offert par la réception.
Gilou est une fidèle du camping le Benista à Porticchio (Corse-du-Sud) depuis 39 ans, avec son t-shirt offert par la réception. (FARIDA NOUAR / FRANCEINFO)

Une fidèle du camping "depuis 39 ans". Elle nettoie sa caravane qui reste dans le camping à l’année. D’autres viennent pour la première fois, comme Anne-Sophie venue en famille du Loiret. Au programme pour ces vacances : "déconnexion, tranquillité, prendre le temps de vivre et on ne se pose plus de question."

1 - Au camping le Benista à Porticcio - Farida Nouar
--'--
--'--

Toujours en Corse-du-Sud, un hôtelier a décidé de bichonner les soignants. Antoine Garaudelle, propriétaire de l’hôtel quatre étoiles Le Golfe, situé sur la commune de Serra di Ferro, a voulu récompenser le personnel soignant du centre hospitalier d’Ajaccio Notre-Dame de la Miséricorde, mobilisé contre le Covid-19. Il les a accueillis dans son établissement en les faisant bénéficier de ses chambres à prix coûtant et donc à un tarif très compétitif : 90 euros au lieu de 300 ou 400 euros. "Ce sont des gens dévoués qui ont eu à faire face à une crise majeure à Ajaccio parce qu’il y a eu beaucoup de cas", explique Antoine Garaudelle.

Des soignants du service des urgences du centre hospitalier Notre-Dame de la Miséricorde d’Ajaccio se détendent entre collègues dans la piscine de l’hôtel Le Golfe, situé à Serra di Ferro (Corse-du-Sud).
Des soignants du service des urgences du centre hospitalier Notre-Dame de la Miséricorde d’Ajaccio se détendent entre collègues dans la piscine de l’hôtel Le Golfe, situé à Serra di Ferro (Corse-du-Sud). (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Au bord de la piscine un groupe d'une dizaine de soignants se détend. "On est venus à plusieurs du même service et on se retrouve dans un même contexte et ça nous permet de passer à autre chose", explique Gabriel, infirmier. "C’est incroyable, on vient d’arriver il y a une heure, on est vraiment déconnectés et heureux, ajoute Laetitia. On n’a pas eu de repos, on n’a rien eu mais là on apprécie." Fatigués après des mois de lutte contre le coronavirus, les soignants savourent ce moment et remercient la générosité de l’hôtelier. "On n’a pas l’habitude dans notre métier d’être autant considéré", insiste Laetitia. L’agence du tourisme de la Corse va prochainement proposée aux soignants des week-ends sur l'île pour les récompenser.

2 - Un hôtelier en Corse a décidé de bichonner les soignants - Farida Nouar
--'--
--'--

Sur la plage du Phare, située du côté de Propriano en Corse-du-Sud, pas d'inquiétude particulière liée à la crise sanitaire. "On est quand même assez espacés. On n’est pas serrés comme sur le continent, et il n’y a pas grand-monde", souligne Jackie, touriste insulaire. La plage n’est en effet pas très remplie. "Il y a peut-être trente personnes, indique une femme sous un parasol, alors que d’habitude on est peut 200 ou 250. C’est l’une des plages les plus fréquentées normalement."

Les gestes barrières et la distanciation sont donc plus facile à gérer. "Les sauveteurs ont lors de leurs patrouilles toujours un œil bienveillant et vigilant surtout pour que les mesures élémentaires soient bien respectées", affirme Antoine-Jean Giannetti président de la station locale de la Snsm (Société nationale de sauvetage en mer). "Mais ce n’est pas le coeur de leur métier" tempère-t-il, le mot d'ordre est de ne pas faire le gendarme derrière les baigneurs mais plutôt de la prévention.

La plage du Phare, près de Propriano (Corse-du-Sud) le 7 juillet 2020 
La plage du Phare, près de Propriano (Corse-du-Sud) le 7 juillet 2020  (FARIDA NOUAR / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Sur la plage, il n’y a pas de musique ni d’animation. On n’entend même pas de cris d’enfants dans le Loisirs Valinco Parc qui donne sur le bord de mer. "Le début de saison estivale est surtout réalisé avec les locaux parce que les touristes ne sont pas là", explique Christophe, responsable de ce parc avec toboggans et piscine. Il reste pessimiste pour la suite de la saison mais "il espère qu’ils vont revenir"

3 - Faible affluence sur la plage du Phare à Propriano - Farida Nouar
--'--
--'--

La tour génoise de Campomoro, bâtie au XVIe siècle, est la plus haute de Corse avec ses 15 mètres. C'est là que Mireille et Olivier, venus du Vaucluse, ont décidé de randonner : "Ça vaut le coup, le sentier est bien mis en valeur et tout le site de Campomoro est fantastique."

Mais les paysages ne sont pas les seuls atouts de la Corse : un autre vacancier, rencontré sur le sentier de la tour, apprécie avant tout "la charcuterie, qui est très bonne, le fromage, le vin... La gatronomie en général ! Et les gens, qui sont très agréables, et le soleil."

La tour génoise de Campomoro, au sud de Propriano, le 8 juillet 2020
La tour génoise de Campomoro, au sud de Propriano, le 8 juillet 2020 (FARIDA NOUAR / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Du sommet de la tour, la vue est magnifique sur la région et la côte de Propriano. Du pied partent les sentiers de randonnée, dont une boucle de 5 km à travers le célèbre maquis corse... et on peut alors apprécier d'autant plus de terminer la journée sur la plage la plus proche.

4 - Randonnée autour du belvédère de Campomoro - Farida Nouar
--'--
--'--

À Ajaccio, la médiathèque Sampiero propose un "été apprenant" pour que les élèves puissent rattraper leurs lacunes en partie dues au confinement. Anglais, histoire, français, maths : des cours sont organisés pendant trois semaines en juillet, et pareil en août. "On essaye de faire au mieux pour rattraper les quatre mois, mais il y a quand même des lacunes", explique Antonia Maroselli, employée de la médiathèque Sampiero et titulaire d’une licence sciences de l’éducation.

Eté apprenant pour Paloma et Esteban à la médiathèque d\'Ajaccio, avec Antonia Maroselli. Le 9 juillet 2020
Eté apprenant pour Paloma et Esteban à la médiathèque d'Ajaccio, avec Antonia Maroselli. Le 9 juillet 2020 (FARIDA NOUAR / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

5 - Un "été apprenant" à Ajaccio - Farida Nouar
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne