Nicolas Peyrac, depuis les Beatles et Jacques Brel...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'artiste de "So Far Away From LA" a grandi entre la chanson française écoutée par sa maman et une certaine révolution musicale venue de Liverpool...

Dans Ces Chansons qui font une vie , des artistes viennent
dévoiler leur rapport à la musique, leurs plaisirs coupables ou leurs
inspirations en répondant à une série de questions : La première chanson
que vous avez voulu acheter, la chanson de Papa, la chanson de Maman, la plus
belle chanson du bon vieux temps, la première chanson que vous avez détestée
avant de vous mettre à l'aimer, la chanson que vous êtes le seul à aimer, ou du
moins que vous n'avez jamais réussi à faire partager à quelqu'un, la chanson
que vous auriez aimé écrire, la chanson que vous avez honte d'aimer, la chanson
que vous n'avez pas écrite mais qui parle de vous, la chanson qui vous
accompagne pendant les insomnies...

 

Nicolas
Peyrac a sorti il y a peu un album de duos sur ses plus grandes chansons, Et
nous voilà
, ainsi que son autobiographie, So Far Away, un certain 21
mars
.

Il
était tout naturel de l'inviter dans Ces chansons qui font une vie pour explorer
avec lui son univers musical intime.  

 

Les chansons choisies par Nicolas Peyrac :

I Want To Hold Your Hand par The Beatles (1963)

Elle est trop loin par Danyel Gérard (1963)

Les Bourgeois par Jacques Brel (1963)

Les Vacanciers par Ricet
Barrier (1968)

Concerto n° 2 de Rachmaninov par Arthur
Rubinstein et The Chicago Symphony Orchestra

Foule sentimentale par Alain Souchon (1993)

Nicolas par Serge Lama (1976)

So Far Away From L A par Nicolas Peyrac (1974)

 

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique

Vous pouvez aussi retrouver sur le
site de France Info les quarante-deux épisodes de notre série d'été
La Face cachée des
tubes.

Pendant le Tour de France, nous vous
avons proposé, en vingt-trois épisodes, la chronique Ces chansons qui
font le Tour
.

Vous êtes à nouveau en ligne