La chanson et le Président : Nicolas Sarkozy

Une semaine après le second tour de l'élection présidentielle, retour sur la manière dont la chanson, le rock et le rap ont traité le président sortant, homme politique le plus chanté depuis la Libération. Et on trouve là quelques éléments d'explication au résultat du 6 mai.

L'élection présidentielle
a eu lieu. Nous pouvons donc maintenant évoquer Nicolas Sarkozy dans cette
chronique
, comme nous avions évoqué les autres présidents de la Ve
République au cours de la campagne. En effet, s'il n'est plus président que
pour quelques jours, il n'est plus candidat et nous pouvons maintenant évoquer
les chansons qui lui ont été consacrées sans craindre de transgresser les
règles qui s'imposent à nous pendant une campagne électorale.

Et il faut savoir que le sixième président de la Ve république
est certainement l'homme politique qui a suscité le plus grand nombre de chansons en langue française depuis la Seconde
guerre mondiale
. Et elles sont dans
leur écrasante majorité des chansons à charge.

Ce n'est pas nouveau. C'était
même un cas singulier avant qu'il soit président de la République. Il est
devenu un héros de la chanson quand il était ministre de l'Intérieur.

Les chansons de la chronique d'aujourd'hui, dans sa
version longue sur le site de France Info :
Allez Sarko, chanson
officielle de campagne (2007), Il est fort mon papa par Oaï Star (2005),
Le Temps passe par Johnny Hallyday (2006), Le Monstre rigolo par Zut
(2003), Sarkoland par Trust (2006), Barataclau par André
Minvielle (2004), Elle est facho par Renaud (2006), La France qui se
lève tôt
par Mike Ibrahim (2010), Identité Nationale par Bernard
Lavilliers (2010), Nettoyage au Kärcher par Keny Arkana (2006), Un
Hongrois chez les Gaulois
par Zedess (2006), Sarkozy par Vama (2010),
Playmobil par Mickey 3D (2009), Chicken Manager par Alexis HK (2009),
Cowboy bling bling par Monsieur Roux (2009), Le Petit Nicolas par
Les Ogres de Barback (2009), Le Nain charmant par Gilles Servat (2011), *Ensemble

  • par Rodolphe Burger (2008), La France forte par la Chorale de Siné
    mensuel (2012), Mes chers amis par Arman Méliès (2012).

Nous avions précédemment évoqué les autres présidents de la
Ve République dans cette chronique :

Charles de Gaulle : http://m.franceinfo.fr/musique/ces-chansons-qui-font-l%E2%80%99histoire/la-chanson-et-le-president-charles-de-gaulle-528731-2012-02-19

Georges
Pompidou : http://m.franceinfo.fr/musique/ces-chansons-qui-font-l%E2%80%99histoire/la-chanson-et-le-president-georges-pompidou-535559-2012-02-26

Valéry
Giscard d'Estaing : http://www.franceinfo.fr/musique/ces-chansons-qui-font-l%E2%80%99histoire/la-chanson-et-le-president-valery-giscard-d-estaing-540875-2012-03-04

François Mitterrand : http://www.franceinfo.fr/musique/ces-chansons-qui-font-l%E2%80%99histoire/la-chanson-et-le-president-francois-mitterrand-551539-2012-03-11

Jacques Chirac : http://www.franceinfo.fr/musique/ces-chansons-qui-font-l%E2%80%99histoire/la-chanson-et-le-president-jacques-chirac-557659-2012-03-18

Vous
pouvez également suivre l'actualité de cette chronique

Le livre qui accompagnait notre
chronique de cet été, Les chansons
qui ont tout changé
, est sur le kiosque de Radio-France et
en librairie avec sa cinquantaine
d'histoires de chansons historiques, de Ne
me quitte pas
de Jacques Brel à Didi
de Khaled, de Rock Around the Clock
par Bill Haley à Mignonne allons voir si la
rose
...

 

Vous êtes à nouveau en ligne