Paris change, les chansons restent

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Paris est la quatrième ville la plus attractive au monde selon une étude parue cette semaine. Même si la chanson mêle l'amour à des sentiments plus rudes envers la ville.

Vous l’avez entendu cette semaine sur franceinfo : selon une étude du cabinet PriceWaterhouseCoopers, Paris se classe à la 4e place des grandes villes les plus attractives du monde, derrière Londres, Singapour et Toronto – et elle progresse. Et c’est bien parce qu’elle a changé.

Et s’il y a pléthore de chansons qui célèbrent la beauté inaltérable de Paris, beaucoup déplorent que la ville n’ait plus le même charme que jadis.

Dans le second épisode de cette chronique diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

Jean Sablon, Paris tu n'as pas changé, 1939

Thomas Dutronc, J'aime plus Paris, 2007

Jean Ferrat, Paris an 2000, 1972

Juliette Gréco et Pierre Brasseur, Le Bestiaire de Paris, 1962

Richard Gotainer, Paris tu pues, 1997

Léo Ferré, Les Parisiens, 1961

Zedess, Souriez Parisiens, 2006

Maurice Chevalier, Les Parigots, 1950

Vincha, Paris, 2011

Enrico Macias, Paris tu m'as pris dans tes bras, 1964

Tiken Jah Fakoly, Africain à Paris, 2007

Berthe Sylva, Adieu Paris, 1929

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

Tout l’été dernier, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chanson, exploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson française, coédité par Plon et franceinfo.

Pour les professeurs, lycéens et collégiens, franceinfo et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

Vous pouvez retrouver sur le site de franceinfo les quarante-deux épisodes de notre série de l’été dernier, consacrée à des rumeurs, on-dit et fausses réputations, Ça sonne faux.

Vous pouvez aussi retrouver les quarante-neuf épisodes de notre série de l’été consacrée à la chanson pendant la Première Guerre mondiale, La Fleur au fusil.

Et vous pouvez aussi vous procurer le livre accompagnant cette série, lui aussi intitulé La Fleur au fusil.