Ces chansons qui font l'actu. Pendant la guerre d'Algérie, la chanson face à la censure

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Sur les ondes françaises, on n'entendait guère de chansons très engagées contre la guerre. Il est vrai que le Comité d'écoute de la Radiodiffusion française veillait à ce que même les chansons les plus légères ne nourrissent pas d'idées subversives. 

Souvent, dans les documentaires sur la guerre d’Algérie, on entend La Colombe de Jacques Brel. Il parle d’une défaite à venir, mais également de "l’enfant mort né que sera la victoire". On est en 1959 et il y a peu de chansons aussi brûlantes et directes que celle-ci alors que l’armée française mène des "opérations de maintien de l’ordre" que plus personne n’hésite plus à qualifier de guerre.

La sortie du film de Lucas Belvaux, Des hommes, vient quelques mois après la remise du rapport Stora sur "les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie", et nous rappelle deux vérités martelées par Benjamin Stora depuis des lustres : les plaies ouvertes à l’époque sont loin d’être toutes refermées, et les passions contemporaines n’aident pas toujours à y voir clair. Et notre vieille amie la chanson française ne nous apporte pas toujours un éclairage objectif et dépassionné. Mais ce n’est vraiment sa mission, non plus...

Dans le premier épisode de Ces chansons qui font l’actu ce week-end, vous entendez des extraits de :  

Jacques Brel, La Colombe, 1959

Maxime Le Forestier, Parachutiste, 1972

Jean-Pax Méfret, Les Barricades, 1980

Yvette Giraud, Je vais revoir ma blonde, 1956

Eddie Constantine, Je vais revoir ma blonde, 1956

Jacques Hélian et son orchestre, Je vais revoir ma blonde, 1956

Lucien Jeunesse, Je vais revoir ma blonde, 1956

Dario Moreno, Je vais revoir ma blonde, 1956

Marcelle Bordas, Les Africains, 1945

Dario Moreno, Je vais revoir ma blonde, 1956



Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter. 

Souvenez-vous : pendant l'été 2019, La Playlist de Françoise Hardy a été une traversée du bagage musical d'une autrice, compositrice et interprète considérée comme l'arbitre des élégances de la pop en France.

En juillet et août 2017, nous avions passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chansonexploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson françaisecoédité par Plon et franceinfo. 

Vous êtes à nouveau en ligne