Ces chansons qui font l'actu. Les étudiants, victimes de la condescendance des adultes?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cela fait des générations que notre culture populaire porte la trace d'un certain mépris pour les étudiants. La crise actuelle qu'ils traversent y trouve peut-être une de ses explications...

Pendant des années, les étudiants ont aimé Renaud, et pendant des années, nombreux ont été ceux que cette chanson faisait rire. Elle illustrait une position assez classique depuuis les années 60 en France – même si cette chanson date de 1981 : l’université de masse, en fabriquant un prolétariat intellectuel, fournit à la société capitaliste des cadres dociles sous couvert d’assurer leur épanouissement individuel. L’étudiant, même s’il vient des classes populaires, est un bourgeois. Ça, c’est le mépris de gauche pour les étudiants.

Il y a aussi le mépris de droite : les étudiants sont des enfants gâtés, ils ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont, alors qu’ils perdent leur temps en contestation. C’est ce que dit Philippe Clay, par exemple, dans Mes universités, qui fait le parallèle entre les jeunes gens de l’après- mai-68 et sa jeunesse sous l’occupation.

Dans le second épisode de Ces chansons qui font l’actu diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

Renaud, Étudiant poil aux dents, 1981

Philippe Clay, Mes universités, 1971

Yvette Guilbert, La Complainte des quatre z'étudiants, 1890 (enregistrement de 1907)

Anaïs, L'Étudiante, 1991

Kent, Mon étudiante, 2008

Luis Mariano, Laissez passer les étudiants, 1964

Marc et André, Le Boulevard des étudiants, 1897 (enregistrement de 1963)

Jacques Bertin, Les étudiants au café Rihour à Lille en 1967, 1999

Vincent Delerm, Natation synchronisée, 2005  

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter. 

Souvenez-vous : pendant l'été 2019, La Playlist de Françoise Hardy a été une traversée du bagage musical d'une autrice, compositrice et interprète considérée comme l'arbitre des élégances de la pop en France.

En juillet et août 2017, nous avions passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chansonexploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson françaisecoédité par Plon et franceinfo. 

Vous êtes à nouveau en ligne