Ces chansons qui font l'actu. La relativité des bonnes manières

Ce ne sera pas "Salut Manu !" mais "Monsieur le Président"... Mais encore ? La chanson a aussi ses conseils de savoir-vivre...

Les bonnes manières, la politesse, la distinction, tout est très relatif. Vous l’avez entendu cette semaine sur franceinfo, le président Macron a sévèrement recadré un adolescent qu’il l’avait appelé "Manu", en lui précisant qu’un président s’appelle Monsieur le Président.

Il y a peut-être des gens qui l’appellent Manu mais, pour les jours de Marseillaise, ce sera Monsieur le Président.  Et cette discontinuité de la manière de s’adresser à chacun – et pas seulement au chef de l’État – a fourni la matière à beaucoup de chansons...

Dans le second épisode de cette chronique diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :  

Fernandel, Par politesse, 1939

Jean-Pierre Daroussin et Gérard Meylan dans A l'attaque de Robert Guédiguian, 2000

Vicky Lou, Comment tu me parles?, 2006

Léo Ferré, Les Bonnes manières, 1962

France Gall, Les gens bien élevés, 1969

Richard Gotainer, Saperlipopette, 2018

Peter Vahn, Mettez une cravate, 1967

François Morel, Recommandations, 2006




Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter. 

En juillet et août dernier, nous avons passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.  

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chanson, exploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson française, coédité par Plon et franceinfo. 

Pour les professeurs, lycéens et collégiens, franceinfo et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire.