Ces chansons qui font l'actu. Aux grands morts, la chanson reconnaissante

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors qu'il est décidé que Simone Veil entre au Panthéon, explorons la façon dont les artistes célèbrent les grands disparus, d'une manière partois convergente avec les honneurs de la République.

Il est écrit au fronton du Panthéon : "Aux grands hommes la patrie reconnaissante". La chanson, quant à elle, aime à fabriquer des panthéons de poche, de petits mausolées réservés à l’une ou l’autre des personnalités qu’elle veut honorer...

 

Dans le second épisode de cette chronique diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

 

Lady Palavas, Au Panthéon , 2010

Hugues Aufray, La Gigue des presque rien, 1999

Henri Tachan, Laurel et Hardy, 1975

Nicole Rieu, Femmes, 2010

Erik Marchand, Jaurès, 2008

Georges Brassens, L'Enterrement de Verlaine, 1960

Philippe Forcioli, L'Enterrement de Paul Fort, 2000

Erik Marchand, Jaurès, 2008

 

 

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

 

Tout l’été dernier, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chanson, exploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson française, coédité par Plon et France Info.

 

 

Pour les professeurs, lycéens et collégiens, France Info et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

 

Vous pouvez retrouver sur le site de France Info les quarante-deux épisodes de notre série de l’été dernier, consacrée à des rumeurs, on-dit et fausses réputations, Ça sonne faux.

Vous pouvez aussi retrouver les quarante-neuf épisodes de notre série de l’été consacrée à la chanson pendant la Première Guerre mondiale, La Fleur au fusil.

Et vous pouvez aussi vous procurer le livre accompagnant cette série, lui aussi intitulé La Fleur au fusil.

 

Vous êtes à nouveau en ligne