Ces chansons qui font l'actu. "Amazoniaque", l'Amazonie parisienne d'Yves Simon

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En 1983, le chanteur et romancier Yves Simon chante des insomnies tropicales qui dévoilent un peu de notre imaginaire amazonien, lequel explique une part de l'émotion actuelle devant les incendies qui ravagent la forêt sud-américaine.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Amazoniaque par Yves Simon, 1983. En ce temps-là, l’Amazonie ne brûlait pas – ou du moins pas autant que ces dernières semaines. On ne va pas s’attarder longtemps à Lamartine et à ses vers devenus proverbiaux : "Honte à qui peut chanter pendant que Rome brûle / S’il n’a l’âme et le cœur et la voix de Néron."

Que ce soit bien clair : Yves Simon, quand il enregistre cette chanson pour l’album USA / USSR - son huitième album - n’a rien de Néron. Au contraire, il est obsédé de justice et c’est d’ailleurs ce que raconte le clip d’Amazoniaque.

Dans le premier épisode de Ces chansons qui font l’actu ce week-end, vous entendez des extraits de :  

Yves Simon, Amazoniaque, 1983

Yves Simon, J'ai rêvé New York, 1974

Yves Simon, Barcelone, 1983

Yves Simon, L'Abyssinie, 1985

Yves Simon, Amazoniaque, 1983

Début de Soirée, Forêt d'Amazonie, 1991

Christine & the Queens, Amazoniaque, 2015

Yves Simon, Amazoniaque, 1983

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter. 

Pour les professeurs, lycéens et collégiens, franceinfo et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

Vous êtes à nouveau en ligne