Cahier de vacances. Les Vieilles Charrues

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Fabien Randrianarisoa raconte un objet qui symbolise l'été. Aujourd'hui, le 28e festival des Vieilles Charrues en Centre Bretagne.

Aujourd’hui notre Cahier de vacances s’ouvre, en musique, à la page des festivals de l’été ! Entre juillet et août la France en compte plus de 450, dont le plus gros, Les Vieilles Charrues en Centre Bretagne, 28e édition, se termine ce soir, dimanche 21 juillet. Pas moins de 280 000 festivaliers sont présents.

Accueillis au son du biniou, des centaines de milliers de festivaliers déferlent

Les premiers sont arrivés 24h avant le début de l’évènement, lourdement équipés. "Alors la tente, le matelas, la glacière pour avoir les bières bien au frais...Y a quatre jours de bières, doit y avoir 80 bières par sac hein !..."

En l’espace de quatre jours, la ville de Carhaix multiplie sa population par 10. Sur les 17 hectares de camping du festival, un véritable village breton émerge, avec sa propre définition de l’hygiène : "Soit tu as a des gens intelligents qui ramènent des petites lingettes pour bébés, des trucs comme ça dont ils ont besoin ; soit y a les fous qui vont essayer de prendre des douches, mais t'as une chance sur deux de ressortir avec les pieds pleins de verrues, des conneries comme ça ; soit tu fais le crade, et puis tu prends pas de douche pendant quatre jours quoi !" 

Côté scène cette année, Ben Harper, Nile Rodgers & Chic ou encore Christine and The Queens se succèdent devant une marée de drapeaux bretons.  

Ce qui est devenu le plus grand festival de France était à l’origine un simple banquet champêtre

Jean-Jacques Toux est programmateur et l’un des fondateurs des Vieilles Charrues.  "C'était une bande de copains étudiants, tous originaires ici, du Centre Bretagne, qui en 1992 décident de monter une grande fiesta. Alors, dans les grandes largeurs, le truc, il dérape et se concrétise en festival de musique et qui est aujourd'hui devenu un gros truc. Voilà c'est un peu ça l'histoire..."

Le nom, charrues vient du fait que, en 1992, à Brest naissait le rassemblement des vieux gréements, alors on s'est dit : tiens, comment on peut s'appeler, on habite les terres, donc rassemblement des Vieilles Charrues 

Jean-Jacques Toux, l'un des fondateurs

franceinfo

Le festival cumule 22 km de saucisses, et 5 scènes pour les artistes, 7100 bénévoles pour tout mettre en place. 20 ans après, Thierry le Stéher continue de venir donner un coup de main.  "En 1992, on touchait un peu à tout. Faut savoir que seulement 500 personnes participaient à cette fête, avec une quinzaine d'organisateurs, on va dire..."

C'était une volonté qui nous animait dès le départ, voilà, c'était de vivre et de travailler au pays

Thierry Le Stéher, bénévole 

Un dernier conseil : si vous vous perdez au milieu des 280 000 festivaliers, ne prenez surtout pas pour repère le type avec un drapeau breton. Vous pourriez rester perdu jusqu’à lundi...

Vous êtes à nouveau en ligne