Ça nous marque. "Les françaises sont les femmes les plus minces d’Europe" : Patrice Kretz, PDG de Chantelle

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Chantelle est l'une des grandes marques mondiales de la lingerie et emploie 4 500 personnes. Olivier de Lagarde reçoit aujourd'hui Patrick Kretz, le Président-directeur général de la marque, créée en 1876.

Chantelle est l'un des leaders mondiaux de la lingerie grâce à ses marques : Chantelle, Passionata, Chantal Thomass, Darjeeling et d’autres, plus connues à l’étranger qu’en France. Plus de la moitié des 365 millions de chiffre d’affaires annuels (avant la crise) sont effectivement réalisés à l’étranger. L’entreprise compte 4 500 collaborateurs.

Une affaire de famille

Chantelle est née il y a presque 150 ans en 1876. Fondée par Auguste Gamichon qui va mettre au point la vulcanisation du caoutchouc. Ce procédé va permettre d’assurer sa conservation. Avec cette matière, il va d’abord fabriquer des tricots élastiques, des ceintures abdominales, puis ce que l’on appellera des gaines.

Ayant un grand sens de la famille, Auguste Gamichon s’associe à la fin du XIXe siècle avec son neveu, Paul-Maurice Kretz, le premier représentant de la famille Kretz, toujours aux commandes aujourd’hui.

Un soutien-gorge de haute technologie

C’est au début des années 60 que Chantelle va se lancer dans l’élaboration de soutiens-gorges : "Cela a été un tournant qui a été difficile à négocier puisque nous avons mis 10 ans à faire un soutien-gorge de qualité acceptable", reconnaît Patrice Kretz.

"C’était très compliqué parce qu’à l’époque nous n’avions que des matières rigides, la fibre Lycra n’était pas encore arrivée sur le marché, et donc il fallait que le produit soit parfaitement coupé pour qu’il aille bien. Progressivement, nous avons utilisé des matières de plus en plus extensibles qui s’adaptent mieux à la morphologie du corps…" 

Un marché assez stable

Les Françaises achètent entre deux et trois soutiens-gorges par an. Cela a beaucoup évolué dans les années 90, mais cela n’évolue plus maintenant. "Le marché européen est à peu près homogène, précise le PDG de Chantelle, même si dans le nord de l’Europe on cherche avant tout la fonctionnalité, alors que dans le sud du vieux continent on est un peu plus sensible à la mode et à la dimension féminine à la dentelle"… 

Vous êtes à nouveau en ligne