Ça nous marque. "Internet n’a pas tué le renseignement par téléphone" : Audrey Perrin, PDG de SVP

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est une marque qui parlera aux plus de 50 ans : SVP ou SVP 11 11, ce numéro qu'on appelait au sujet de l'émission "Les Dossiers de l'écran" et pour des jeux télévisés par exemple. L'invitée d'Olivier de Lagarde est aujourd'hui Audrey Perrin, PDG de SVP.

C’est une marque dont le nom fait assurément l’effet d’une Madeleine de Proust à tous les plus de 50 ans. Une marque indissociable des jeux télévisés d’antan et de l’émission Les Dossiers de l’écran. Une marque que l’animateur de l’époque nous invitait à composer pour poser nos questions : SVP 11 11.  

L’ancêtre de Google

SVP est une société qui a été créée en 1935 à l’initiative du ministre des PTT, Georges Mandel. Au départ, il s’agissait de fournir un service de renseignement par téléphone pour les particuliers parisiens. On pouvait poser tous types de renseignements à des opérateurs, et même, des questions assez fantaisistes, ce qui a d’ailleurs provoqué pas mal de difficultés à la société, parce qu’il était très complexe de répondre, mais il était surtout très complexe de se faire payer les factures par les particuliers.

SVP est arrivé plus tard dans les années 60 et a servi de standard. La télévision française utilisait le matériel de la société pour permettre aux téléspectateurs d’inter-réagir SVP 11 11 pour la Une et SVP 22 22 pour la 2e chaîne.  

Le service de documentation des entreprises

Quant à SVP, depuis 1941, il s’est reconcentré sur ces missions pour devenir une société d’informations et d’aide à la décision par téléphone à destination essentiellement des dirigeants d’entreprises. Cette idée a perduré, et afin d’éviter le problème des impayés le service se faisait désormais sous forme d’abonnement. Après-guerre, le service s’est donc réorienté vers de l’information juridique et réglementaire et économique des entreprises. Véritable fil rouge de l’entreprise cette idée-là perdure.  

Comment résister à la concurrence du web ?

Avec l’avènement du web SVP qui continue à répondre par téléphone et à aussi développer des portails, le service s’est surtout concentré vers de l’expertise pointue dans des domaines qui vont du juridique fiscal réglementaire jusqu’à l‘information et l’intelligence économique et stratégique. On peut poser tous types de questions et dans 80% des cas on obtient la réponse en moins de 24 heures, précise Audrey Perrin, PDG de SVP.  

Vous êtes à nouveau en ligne