Une épicerie pas comme les autres

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est plus qu'une épicerie, c’est un lieu. Une jeune quarantenaire a quitté le monde de la mode à la recherche des meilleurs mets. Un voyage à travers la France, avec des goûteurs. Résultat : la Maison Plisson fait la révolution, en plein Paris.

Ce serait réduire ce lieu que de l'appeller "épicerie". L'étriquer que de le nommer "magasin". Non, cette Maison Plisson, du nom de sa créatrice, relève de "la Halle", comme autrefois. Côté restaurant, le chef Bruno Doucet, de la célèbre Régalade, concoctera les menus du jour. Côté Halle, c'est la grande surprise. Car le client bascule quelques milliards d'années en arrière. Tout est là, à portée de main, à portée de nez aussi, même la viande. Derrière des vitrines à température ideale, les côtes de boeuf nous tendent les bras. Plus loin, les saucissons, triés sur le volet, nous font saliver.

Oui, triés sur le volet. Pendant trois ans, Delphine, qui a quitté la mode (mais pas ses talons) pour la bouffe, a arpenté l'Hexagone avec une petite bande de goûteurs. Quelle drole d'idée, quelle belle idée. Il fallait avoir l'estomac bien accroché pour tester une choucroute à six heures du matin à Strasbourg, suivie d'une terrine à Metz ou de pâtes à tartiner dignes de ce nom (fini le Nutella ? Faut voir...).

La Maison Plisson, ses 500 mètres carrés, ses 40 employés, pouvait faire peur avec des prix de bobos, digne du quartier, le très joli Marais. Elle nous rassure, car sans intermédiaires, presque tout est abordable. Et ça, c'est bien bon.