Un Ground Zero à République ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un mois après les attentats, la place de la République, au cœur de la Paris, est l'objet de toutes les attractions. Et de tous les projets. La gigantesque Marianne, la fontaine du château d'eau et le soubassement en pierre de 15 mètres de haut sont tagués de fond en comble. Qu'en faire ?

On ne peut s'empêcher de s'en approcher. La statue a bien changé, en un mois. Marquée par des affichages de compassion, tatouée par des collages de tristesse, le monument inauguré en 1883, est plus que jamais un sujet de mémoire. En partie defigurée par l'histoire tragique écrite depuis le 7 janvier 2015. Doit-elle le rester? Qu'en conserver ? Faut-il nettoyer la belle Marianne en bronze, qui nous regarde du haut de ses neuf mètres ? Quelles traces montrer en hommage aux 17 personnes tuées ?

Certains veulent un Ground Zero, comme les Américains l'ont à New York. Les tags sont quasi indélébiles ? Un Ground Zero le serait également, mais ce serait un hommage construit, organisé. Les tags, les bougies renversées, restées collées, sont plus tenaces, un paysage beaucoup plus arnachique. Le collectif de Sabrina et Rémi, "17 plus jamais " sorte de "vigie de Répu" depuis le 7 janvier, lance la semaine prochaine sur Facebook une consultation pour que chacun puisse faire des propositions sérieuses. Dans un mois, il devrait avoir droit à la parole à la mairie de Paris pour un débat organisé par Anne Hidalgo sur la statue de la Place de la République et son devenir.

Vous êtes à nouveau en ligne