Rentrée des députés: grosse fatigue...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Ils s'en seraient bien passés: le cas Thomas Thévenoud est bien plus qu'une épine dans le pied des politiques. C'est comme un coup de poignard. A l'Assemblée nationale, les députés, poursuivis par une forêt de micros et caméras étaient en colère, mais également souvent abasourdis. Grosse fatigue.

Il était ou Thomas Thévenoud? Thévenoud, très attendu par la presse en cette rentrée parlementaire, n'est pas venu saluer ses confrères. Soupçonné de fraude fiscale, viré du gouvernement hier, il est devenu une sorte de paria.

Dans la salle des quatre colonnes de l'Assemblée, un journaliste demande à un député UMP:

" Ça ne vous ennuie pas de siéger à côté d'un élu qui n'a pas payé ses impôts ? "

Réponse, avec un petit revers de la main:

" De toute façon, maintenant, il sera du côté des non-inscrits, donc il sera loin "

Décidémment, les absents ont toujours tord.

" Après Cahuzac, Trierweiler, il nous manquait que ça ! "

confie un député socialiste. L'homme a du mal à cacher son immense lassitude. Manuel valls a bien essayé de recadrer tout le monde le matin. La grosse fatigue a gagné une partie de la classe politique.

Vous êtes à nouveau en ligne