C'était comment ? Macron, pas très diplomate

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La semaine des ambassadeurs a démarré aujourd’hui. Le jour où Macron s'en va. De Ferrero Rocher à la Macronite. Toute une histoire.

Quel bazar ! Pas la semaine des ambassadeurs…je ne me permettrais pas (diplomate comme je suis). Non, la France.

"Bonjour, vous êtes ambassadeur…" Ça, c’est moi (qui décrypte le badge du monsieur).

"Oui. Et ?"

"Et… vous savez qu’Emmanuel Macron va démissionner ?"

Lui : "Ah bon ?"

Moi : "Oui, et c’est franecinfo qui vous l’annonce, donc !"

Il s’arrête. Porte sa main au menton… gratte légèrement sa barbe de trois jours (un ambassadeur moderne).

Moi : "Ça vous inspire quoi ?"

"Hum, ça ne m’inspire pas confiance…"

"Pas confiance en lui ?"

"Disons que, comme renvoi d’ascenseur, y a mieux…. il plante le chef de l’état. Et, à l’occasion, la France… rien que ça."

L’homme croise les mains. L’une d’elle caresse l’autre… puis elles se recroisent… le tout, tranquillement. Comme un parfait diplomate, à la langue bien pendue.

Oui, c’est un paradoxe, typique des ambassadeurs. Le mélange onctueux entre le coté Ferrero Rocher langue de bois, et, le désir insasiatiable de dire ce que l’on pense.

"Donc, c’est un acte grave, ce qu’il fait ce M. Macron… Qu’est ce qu’on va leur dire, nous, aux entrepreneurs étrangers ?"

L’homme parle calmement, mais fermement. "Je vous laisse madame, me dit-il, je suis attendu." Il se dirige vers une salle de conférence.

Plusieurs dizaines de diplomates en herbe s’engouffrent dans le même endroit. Des jeunes, nickel… chemise à rayures, talon pour les filles. L’air alerte… le sourire très… souriant… Ce ne serait pas des mini Macron ? Mais oui, ils sont tous là, les clones du ministre (enfin, de l’ex-ministre). Tous prêts à lancer ce "Bonjour". So Macron. 

"Alors, la démission d’Emmanuel macron, vous en pensez quoi ?"

Le jeune fait mine d’hésiter… style : je suis un futur diplomate, qui se doit de garder ses idées pour lui. Mi-Macron, mi-diplomate. Mais le jeune est…. Jeune. Tout comme Macron est… Macron. Allez, il se lance.

"Franchement ? Il est libre Macron, il est frais, ça fait du bien."

Sa voisine, outrée : "Arrête ! On ne lâche pas le ministère de l’Economie comme ça, c’est dégoutant !"

Lui : "Mais si ! Il a une route devant lui ! Il joue sa partie !"

Les deux s’écharpent…mais où sont passés les Ferrero ?

Elle : "C’est inconséquent ! La France, avant tout ! Comment peux-tu soutenir macron, cet égoïste ?"

J’assiste à un combat de boxe… un pugilat. Tiens tiens, ça me rappelle quelque chose. Je sais pas… un certain gouvernement, aux affaires actuellement.

Vous êtes à nouveau en ligne