C'était comment ? Le froid, ce truc qui rend dingue

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une vague de froid s’est abattue sur l’Europe de l’est, touchant la France. A Paris, il faisait - 2 degrés vendredi matin. C'était LE sujet de conversation dans les cafés. Nathalie Bourrus y était.

C’était… dingue !  Un mot entendu à peu près 492 fois, depuis l’ouverture des portes des écoles parisiennes, ce matin.

"Allez, couvre toi bien mon chéri… surtout à la récré, tu mets bien ton bonnet et ton écharpe hein ? Ne t’oublie pas ?"

"Ah, madame vous le savez, les écharpes trop longues sont interdites." 

Ça, c’est moi et le directeur de l’école. Moi, énervée : "Mais comment je fais ? Je n’en ai pas de plus courte là, sous la main !" Lui, glacé dans sa doudoune : "Bon allez, ça ira pour aujourd’hui." Ça commence bien cette journée. Ambiance polaire. Je m’en vais, me réchauffer, au café.

Bataille de dates 

"C’est dingue ce froid !"  Ça y est, c’est parti pour la phrase du jour, ajoutés à quelques poncifs sur lesquels Pierre Desproges n’aurait pas craché. "Ah oui c’est dingue ! C’est historique, il paraît."  Dans ma tête : Historique ? Ah bon ? Je n’ai pas entendu ça.

Un autre : "Pas du tout… en 1987, il y a eu une vague de froid de dingue !"

Un autre : "Ah bon ? Moi je pencherai plutôt pour 2013… il y a 4 ans c’était un truc de fou !"

Ah, je note un petit changement de vocabulaire, une variante disons : le "froid" va bien avec le mot "fou" également. Une autre : "Ah oui, il avait neigé, les enfants étaient hyper contents, on avait froid, mais on s’était un peu amusé au moins…c’était dingue !"

Attention ! Le terme "dingue" revient en force. Le barman : "Sur les records, vous dîtes n’importe quoi. J’ai regardé moi : - 13, 9 degrés le 17 janvier 1985." Tout ce petit monde est bouche bée.

"Moins 14 en gros. Comme, je ne sais pas, comme en Russie. C’est énorme !"

À noter que le qualificatif "énorme" ne convient également pas trop mal à la situation. "Mais, en 87, je maintiens que c’était dingue", rétorque l’un de la bande des buveurs de cafés. "J’ai regardé : il avait fait moins 12 degrés, le 12 janvier ! … c’était fou !"

Le froid chasse les microbes, une légende urbaine 

Un autre : "L'avantage, c’est que ça chasse les microbes, avec cette horrible grippe qui traine, ça peut arranger les choses." 

Dans ma tête, de grippée : Ah bon… faut absolument que j’aille trainer encore un peu dans le froid… tiens, si je traversais Paris à pied, je l’éradiquerai peut être, qui sait ?...

Le garçon de café : "C’est faux, c’est une idée reçue… ca chasse rien du tout le froid."  Bon, raté. Je rentrerai en métro.

"Ben en tout cas, ça chasse la pollution, ça c’est sûr. D’ailleurs, on le voit aujourd’hui à Paris, ce ciel bleu", affirme une autre.  "Pas du tout, s’exclame le barman, c’est la pluie, qui peut la détruire."

Le froid, fait parler, parler, parler…

Et c’est "fou", "dingue", "énorme", le nombre de petites bêtises que ça peut faire dire.