Zagreb : la petite Berlin de l'Est

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cap sur la Croatie. D’ici septembre, l’ouverture de neuf nouvelles lignes aériennes est prévue entre la France et la Croatie. L’an dernier, près d’un demi-million de Français s’y est rendu en vacances principalement sur la côte dalmate. Mais il existe une autre perle : Zagreb. La capitale du pays ne possède pas de plage mais elle a bien d’autres atouts…

Voilà une capitale en pleine ébullition ! Douze pour cent de touristes en plus l’an dernier. Preuve que ça bouge, certains l’appellent "la petite Berlin de l’Est". Située près de la montagne Medvenica, au nord de la Croatie, Zagreb fait rayonner la culture des Balkans mais aussi remonter la chaleur méditerranéenne. Une ville de 800.000 habitants à taille humaine et à l’atmosphère paisible.

Le charme de Zagreb, c’est avant tout son cœur historique du 12è siècle

On se faufile entre cours pavées, impasses et petites ruelles… Principal repère, la cathédrale néo-gothique: 105 mètres de hauteur. A Zagreb, l’élégance des façades austro-hongroises ocre et pastel tranche avec le béton brut de la ville nouvelle, héritage soviétique. En fait, Zagreb a deux facettes : la vieille ville haute Gornigrad que l’on peut rejoindre en funiculaire et la ville basse Donigrad dominées par ses larges avenues.

(© OT Croatie)

Et tout est accessible à pied. Et le tramway dessert aussi très bien Zagreb et ses nombreux parcs. Un peu partout des kiosques à musique hérités de la Belle époque. Notez d’ailleurs que dès jeudi prochain et durant dix jours clowns, jongleurs et cracheurs de feu vont animer la ville à l’occasion du "Cest is d'best", un festival de musique et de performances de rue.

 

L’ancienne cité communiste s’exprime aussi beaucoup à travers l’art contemporain

Un musée du Street art a même ouvert en 2010. Dans le quartier Kaptol, le Musée d’Art Naïf nous rappelle qu’au 19è siècle parmi les premiers artistes naïfs il y avait des Croates.

Pour la pause déjeuner, direction le restaurant Gostionica Tip-Top, tradition oblige, ici c’est nappe à carreaux "bonne maman". On goute aux spécialités dont l’escalope de veau panée zagreboise, farcie au jambon et au fromage. L’addition est de 20% à 30% moins élevée qu’à Paris. On aime.

En parlant d’amour, l’emblème de Zagreb est un cœur. La ville a même ouvert le musée des cœurs brisés

On sort les mouchoirs avant d’entrer. Ce lieu qui célèbre la rupture amoureuse a reçu le prix du musée européen le plus inventif en 2011. Sur place, des témoignages d’histoires d’amour du monde entier à travers lettres et objets symboliques (ours en peluche consolateur). Valérie s’ennuyait dans les bras de Nicolas, mais celui-là ne le savait pas. Bref vous connaissez la chanson.

En tout cas le jazz est essentiel à Zagreb. Le soir ça swingue !

Dans les fonds de cours résonne la note bleue. Une bonne adresse, le VIP Jazz Club.

 "Quand il allume son réverbère, c’est comme s’il faisait naître une étoile de plus, ou une fleur ". Cet extrait du Petit Prince prend tout son sens à Zagreb.

A la tombée de la nuit sur les remparts médiévaux de la promenade Strossmayer, vous pouvez guetter l’allumeur de réverbères au gaz qui sifflote.Il revient les éteindre quand le jour se lève. Comme dans le chef d’œuvre de Saint-Exupéry.

La "planète" Zagreb est à moins de deux heures de vol de Paris. Air France et Croatie Airlines proposent chacune un vol par jour.

Le premier guide Cartoville consacré à Zagreb vient de sortir aux éditions Gallimard.

(© OT Croatie)

 EN PRATIQUE

Office de tourisme de la Croatie

Zagreb, guide Cartoville (Editions Gallimard)

Vous êtes à nouveau en ligne