C'est mon époque. Le marché des cosmétiques bio en forte hausse

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les cosmétiques se mettent eux aussi au bio. 450 millions d'euros de chiffre d'affaires en France, une croissance de 8 % par an.

Du bio jusqu'au végan, les cosmétiques se mettent eux aussi au vert. 450 millions d'euros de chiffre d'affaires en France, une croissance de 8 % par an, bien au-delà du marché conventionnel. On va retrouver ces tendances dans quelques jours à Paris Nord Villepinte avec Natexpo, le grand rendez-vous bio qui ouvre dimanche 

Cette année, le salon pousse les carottes et les navets pour mieux exposer les crèmes et les shampoings bio. Plus 20 % de place supplémentaire pour la cosmétique et l'hygiène. il faut dire que selon les derniers chiffres l'an dernier, 43 % des Français ont mis du bio dans leur salle de bain, ils étaient 24 % trois ans plus tôt.

Crèmes, savons et shampoings se partagent une grosse majorité du marché, le maquillage en développement décroche 4 % des ventes. Un acheteur sur trois a un fort potentiel d'achat, il croit aux vertus de la nature et fait office d'ambassadeur du bio, il est imité par ses concitoyens. Un client sur quatre est une femme, jeune, très attentive aux prix et pas particulièrement attirée par les produits bio en général.
Viennent ensuite les plus de 65 ans soucieux de leur santé, très fans des labels bio
mais ils ne se répandent pas sur les réseaux sociaux, l'inverse des hipsters qui parlent du bio à la terre entière, quand ils aiment ou quand ils critiquent. Enfin les défenseurs de la cause animale. Pour eux, le critère, c'est un produit qui n'a pas été testé sur les animaux, avec la mention "cruelty free" (sans cruauté).

Les défenseurs de la cause animale sont demandeurs de cosmétiques vegan

Dans les listes même en tout petits caractères, aucun ingrédient ne leur échappe : cire d abeille, propolis, miel, gélatine, kératine, soie ou évidemment du lait et des oeufs. Les vegans ne veulent rien de tout ça dans leurs pots de crèmes.

Naturalia saisit la balle au bond et fait un test depuis la rentrée à Paris et à Vincennes avec trois magasins bio et 100 % vegan. 2 000 références dont des cosmétiques naturels, rechargeables et durables de la marque Zao à base de bambou. Les grands groupes ont sans doute pris du retard mais aujourd'hui L'Oréal fait travailler ses laboratoires. le géant des cosmétiques veut arriver à deux tiers d'ingrédients bio dans 10 ans. Le pétrole est encore central  mais on s'intéresse de plus en plus à la canne à sucre ou aux algues bretonnes. Les vegans refusent eux aussi les tests sur les animaux,pour contrôler ses produits, L'Oréal est devenu actionnaire majoritaire d'un laboratoire hors norme Episkin à Lyon. On y cultive des morceaux de peau humaine, reconstruite comme on dit. 60 euros le minuscule échantillon mais qui s'exporte dans le monde entier.

Vous êtes à nouveau en ligne