C'est mon époque. Comment les parcs d'attractions innovent pour séduire toujours plus

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est bientôt le début des vacances de printemps et donc le début de la véritable saison pour les nombreux parcs d'attractions situés en France. Ils proposent de nouvelles attractions.

Avec le début des vacances de printemps, la pleine saison reprend dans les parcs d'attractions français, mais nous nous lassons vite, il faut donc sans cesse renouveler les attractions.

Honneur aux aînés, on commence par les 40 bougies du Puy-du-Fou, le parc vendéen investit pour l'occasion 30 millions d'euros, il promet aller jusqu à 200 millions dans les 10 ans à venir. Le vendéen veut faire des petits avec l'ouverture de nouveaux parcs en Espagne, puis peut-être en Chine. Le numéro deux français Disneyland Paris avec 2 200 000 visiteurs s'offre un cinquième hôtel et deux nouveaux restaurants et également un nouveau spectacle : Le grand carillon,  80 cloches et des voltigeurs.

Le Futuroscope aura 30 ans en juin 2017

Le premier parc à thème français investit comme il ne l'avait pas fait depuis 15 ans, avec une nouvelle attraction de 12 millions d'euros : L'extraordinaire voyage. Les visiteurs s'envolent littéralement et parcourent la planète les pieds dans le vide, images et sons puissants garantis, on y est pendant cinq minutes. Le Futuroscope espère passer la barre des deux millions d'entrées. Lui qui a déjà franchi le cap des 100 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Mickey, lui, est arrivé plus récemment en région parisienne. Il fête son quart de siècle mais le numéro un français est à la peine. Certes avec des résultats impressionnants, il génère plus de 6 % des recettes touristiques de la France et un chiffre d'affaires :  1 300 000 000 d'euros mais en baisse de 7 % par rapport à l'an dernier. D'où de gros investissements jusqu'en 2021, aux alentours de 800 millions selon Le Parisien, avec une parade renouvelée, des hôtels et des restaurants plus chics, un nouveau "Star Tour",  l'attraction phare de l'univers de Star Wars en 70 films différents, ça laisse aux visiteurs l'occasion de revenir.

Une multitude de parcs plus modestes

À côté des mastodontes, il existe en France une multitude de parcs d'attraction plus modestes. Par exemple, Astérix, numéro quatre français qui veut devenir une destination touristique, pas seulement un lieu de passage. Pour 15 millions d'euros, il ajoute une cinquantaine de chambres d'hôtels et une attraction inédite, une montagne russe qui ouvrira en juin. Il y a aussi Vulcania, 15 ans cette année. Les dinosaures s'affichent en 3D sur un écran géant tout neuf de plus de 400 mètres carrés. L'objectif c'est de proposer des émotions, des sensations, et rester dans la course. Près de 23 millions de visiteurs ont fait un tour l'an dernier dans les 10 plus gros parcs français.