Technico-commercial : une double-casquette très appréciée par les recruteurs

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"C'est mon boulot", avec tout l'été des idées de métiers pour les jeunes. Certaines professions peinent à attirer les candidats et ne connaissent pas le chômage. C'est le cas de tous les métiers du commerce, mais surtout des technico-commerciaux.

On manque de commerciaux, en France, mais ce dont toutes les entreprises ont besoin, ce sont des personnes qui ont la double casquette : commerciale et technique. Ils sont attachés technico-commerciaux ou mieux ingénieurs technico-commerciaux. La Dares, le service statistique du ministère du Travail, parle de 80.000 créations de postes d'ici 2022. Dans un monde où toutes les productions sont toujours plus complexes, on peut donc se lancer dans cette voie sans crainte du chômage.

De nombreuses qualités requises

Pour Barbara Muntaner, rédactrice en chef de Cidj.com, le centre d'information jeunesse, notre partenaire, le métier nécessite certaines qualités : "Il faut être très technique et donc de parler de son produit parfaitement bien, s'il s'agit de services numériques il faut être capable de parler de leur évolution. Le technico-commercial est très pro techniquement, et puis évidemment il a un sens commercial très poussé ."

Le technico-commercial analyse les besoins du client, il préconise des solutions, il suit la bonne exécution du contrat. Dans l'entreprise, il est en contact avec tous les services, dont il doit bien connaître tous les rouages.

Côté formation, la voie royale est l'école d'ingénieur complétée par un master spécialisé d'une école de commerce, mais on peut aussi passer par l'université. "Pour des jeunes qui ont suivi des formations techniques, quelle que soit discipline, ils peuvent après compléter leur master par un master de commerce et accéder à ce métier ", explique Barbara Muntaner.

Les salaires peuvent sans problème dépasser les 4.000 euros après quelques années d'expérience.

Vous êtes à nouveau en ligne