Reconversion professionnelle : et si on testait le nouveau métier d'abord ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une start-up propose des périodes d'immersion avec des professionnels pour savoir si on est fait pour tel ou tel métier.

Comment changer de métier ? Faut-il forcément changer d'entreprise ? Êtes-vous mûr pour un virage à 180 degrés ? Franceinfo accueille ses auditeurs mercredi 13 mars à 19 heures, au studio 104 à Radio France pour parler changement de vie professionnelle. Et le moins que l'on puisse dire c'est que le thème passionne.

>> C'est mon boulot, les nouvelles clés pour réussir : "Cette année, je change de boulot"

Un indicateur de l'engouement pour ce thème : sur LinkedIn a été déposé un appel à témoins pour inviter tout ceux qui le souhaitaient à parler de leur reconversion. Au bout de 24 heures, le "post" avait été vu 1 400 fois. On en était à 46 000 vues le lendemain. On a dépassé aujourd'hui les 90 000 lecteurs de ce message !

Un stage de trosième pour les grands

Parmi les invités de ce soir, la fondatrice d'une start-up qui donne un coup de jeune à la mobilité professionnelle. Cette start-up, c'est testunmetier.com. C'est simple, c'est le stage de troisième pour les grands. Vous vous demandez si un métier est fait pour vous ? Vous avez la possibilité de l'exercer, entre cinq et 30 jours.
Une façon d'arrêter de se prendre la tête et de mettre les mains dans le cambouis.

Carine Celnik, la fondatrice de Testunmétier : "Toutes les solutions qui accompagnent la reconversion sont axées de la même façon : il s'agit de se projeter, de s'imaginer, mais absolument pas de vivre l'expérience de ce nouveau métier. Pour s'engager dans une nouvelle partie de vie, c'est bien de répondre aux questions que vous avez dans votre tête : est-ce que c'est le métier qui est bien pour moi, est-ce que j'en ai envie, est-ce que j'en suis capable ? Il n'y a qu'en vivant l'expérience qu'on sait si un métier est fait pour soi."

Quels métiers peut-on tester de cette façon ? La liste est longue, et parfois surprenante, précise Carine Celnik : "On a été très associés aux métiers de l'artisanat, les néo-artisans type pâtissiers, boulangers, fleuristes, mais on a beaucoup de demandes dans les métiers du tertiaire. Ça peut être négociateur immobilier, agent d'accueil touristique, conseil en insertion professionnelle, aide-soignante..."

La formule est faite pour être financée par le plan de formation de votre entreprise. Ça entre dans les cases. Vous donnez le nom de votre responsable RH et la start-up s'occupe de tout.

Vous êtes à nouveau en ligne