Randstad : l'entreprise d'intérim met ses salariés au service de candidats à la création d'entreprise

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tout l'été dans "C'est mon boulot", chaque jour une initiative citoyenne engagée par une entreprise. Insertion, environnement, bien-être des salariés. Lundi, Randstad qui met ses salariés au service de candidats à la création d'entreprise.

Randstad, entreprise d'intérim, a décidé de mettre ses salariés comme bénévoles au service de candidats à la création d'entreprise. Une jeune femme qui fabrique des bijoux en marqueterie de paille, une technique qui provient du Moyen-Âge ; deux frères, ingénieurs, qui initient les plus petits au codage informatique et à la robotique ; un créateur d'entreprise qui propose de voyager sans bagage et de tout fournir sur place : ce sont quelques-uns des projets lauréats du concours Révélateur de talents. Un concours réservé aux candidats à la création d'entreprise en Ile-de-France. Ils s'affrontent pour décrocher des aides de la part d'entreprises privées qui vont les soutenir financièrement, mais surtout techniquement et humainement.

Six mois d'accompagnement

Ce sont les salariés de ces entreprises qui vont jouer le rôle de mentor. Laurent Morestain, secrétaire général de Randstad : "On met à disposition, au travers de mécénats de compétence, nos experts sur la base du volontariat. On a environ une quarantaine de collaborateurs qui chaque année contribuent, soit en apport d'expertise, soit en mentoring, en parrainage de ces jeunes créateurs."

Sur leur temps de travail, des salariés vont donc accompagner ces créateurs d'entreprise. Un accompagnement de six mois, avec des conseils pointus de professionnels sur leur spécialité. Laurent Morestain : "Comptables, contrôleurs de gestion, trésoriers, etc. qui vont passer une journée selon les modules en présentiel pour expliquer ce qu'est un bilan, ce qu'est un compte de résultats, comment on gère son prévisionnel de trésorerie. tous les petits réflexes très concrets, très pragmatiques dont on a besoin pour créer une entreprise." 

Des coachs à l'écoute des autres

Il y a aussi le soutien plus moral de la part de salariés qui se transforment en coachs qui donnent des contacts, qui écoutent, qui posent des questions. Laurent Morestain : "C'est un petit peu plus diffus, leur temps d'intervention parce que c'est à la demande, ce sont eux qui se calent avec leur soutien. D'abord il y a un speed-meeting où les créateurs vont présenter leur projet et puis nos parrains viennent chez nous et disent : 'Tiens, ce sujet m'intéresse, j'aimerais bien être votre parrain ou votre marraine' et ensuite ils se calent suivant des modalités de rencontres, d'échanges, cela peut être par téléphone, de visu ou cela peut être un mixte des deux."

La méthode a fait ses preuves.Trois ans après leur création, les entreprises des porteurs de projet passés par le concours Révélateur de talents sont toujours en vie. Un très bon taux de réussite auquel les salariés bénévoles, les parrains et les marraines de ces créateurs d'entreprise, ne sont évidemment pas étrangers.

Vous êtes à nouveau en ligne