Quand on a honte de son travail

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Comment assumer quand on travaille pour une entreprise qui est montrée du doigt ? Peut-on aller au boulot avec un sentiment de honte ou bien est-on conduit, pour tenir, à adhérer aux valeurs de l'entreprise ?

Comment assumer quand on travaille dans une entreprise qui concentre les critiques ? Certains salariés de Servier, par exemple, ne doivent pas être très à l’aise dans les dîners en ville ou quand il s’agit de parler de leur métier à des amis… Mais il y a beaucoup de gens qui ont des problèmes conscience avec leur travail : quand on est spécialisé dans les plans sociaux, quand on travaille dans un fonds spéculatif…

_ Qu’est-ce qu’il se passe dans la tête de quelqu’un qui travaille pour une entreprise qui concentre les critiques ? Est-ce que les gens ont honte ou bien ils prennent totalement à leur compte les activités de l’entreprise ?

_ L'analyse de Marie Pezé, psychologue du travail, auteur de Travailler à armes égales, éditions Pearson… souffrance-et-travail.com

Le travail, c'est bon pour la natalité

  • Plus les femmes travaillent, et plus elles font des bébés. Ce coup de pied à une idée reçue, c’est le très sérieux institut national des études démographiques, l’Ined, qui le donne. L’Ined a constaté que, dans les pays où le taux d’emploi des femmes était élevé, le taux de fécondité l’était aussi. Plus précisément, ce qui permet aux femmes de faire davantage de bébés, c’est d’avoir un travail et de pouvoir aménager leurs horaires. C’est le cas dans les pays anglo-saxons et les pays scandinaves, et en France bien sûr, où plus de 80% des salariés qui travaillent à temps partiel sont des femmes. A en croire l’Ined, le temps partiel choisi et un emploi stable, ce serait la recette pour faire remonter le taux de natalité d’un pays.
Vous êtes à nouveau en ligne