On est moins prudent au volant quand on conduit dans le cadre de son travail

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un colloque sur la sécurité routière au travail se tient lundi à Paris. Il s'agit de mettre en avant les solutions innovantes adoptées par les entreprises.

Les solutions innovantes en matière de Sécurité routière au travail. Il en sera question lundi 17 décembre lors d'un colloque qui se tient à Paris. Quand on est au volant dans le cadre de son travail, on se laisse aller. Quand un Français "ordinaire" cumule neuf infractions dangereuses sur un même trajet, un salarié en commet onze, selon l'association Axa prévention.

Il y a deux ans, la Sécurité routière a poussé quelques grandes entreprises à s'engager. Pour limiter l'usage du téléphone, pour prescrire la sobriété – pas d'alcool – ou encore pour intégrer des moments de repos dans les temps de trajet. Deux ans plus tard, plus de 1 000 entreprises ont signé. Soit près de trois millions de salariés. Il y a eu bien sûr l'obligation des entreprises de dénoncer les salariés qui commettent des infractions routières.

Problème, les plus petites entreprises se sentent encore peu concernées. Et pourtant, pour elles, les conséquences sont encore plus lourdes. Emmanuel Barbe, délégué général à la Sécurité routière : "Prenez une entreprise où il y a deux salariés, s'il y a un accident, l'entreprise peut cesser son activité. La petite taille est un argument supplémentaire pour dire qu'il faut qu'il y ait une politique de Sécurité routière".

Problème récurrent : le téléphone au volant

Pour toutes les entreprises, il y a surtout le problème du téléphone au volant : 69% des salariés avouent qu'il leur arrive souvent de téléphoner en conduisant.
C'est bien plus que dans le cadre privé. Là aussi, certaines entreprises sévissent, explique le délégué à la sécurité routière : "Les plus vertueuses l'interdisent totalement, c'est-à-dire que si vous êtes pris à téléphoner, même avec un dispositif sans fil, vous êtes en faute par rapport à l'entreprise. Parfois vous avez un bipper qui vous demande de vous arrêter pour rappeler l'entreprise. D'autres qui géolocalisent leurs véhicules ont pour pratique de ne jamais appeler quand la personne conduit sauf urgence et dans ce cas-là, la personne s'arrête et passe son coup de fil." 

Les entreprises qui veulent réduire le risque d'accident pour leurs salariés les incitent aussi à l'éco-conduite. Emmanuel Barbe : "Pour les entreprises c'est tout bénéfice, vous conduisez de façon plus souple et donc vous consommez moins de carburant, les pièces s'usent moins et vous êtes plus prudents et il y a moins d'accidents." Et on l'oublie souvent, mais les accidents de la route, c'est la première cause de mortalité au travail.

Vous êtes à nouveau en ligne