Les salariés inquiets sur l'allongement de la vie professionnelle

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un sondage paru au lendemain du discours d'Edouard Philippe indique que les salariés ont peur de ne pas pouvoir tenir le rythme.

Va-t-on devoir travailler jusqu'à 64 ans pour toucher une retraite à taux plein ? Edouard Philippe a parlé mercredi 12 juin, lors de son discours de politique générale, "d'incitations à travailler plus longtemps". Mais selon un sondage qui sort aujourd'hui, l'allongement de la vie professionnelle fait peur. Cette étude a voulu prendre le pouls des salariés au moment où un allongement de la vie au travail est envisagé. Et ce qu'il en ressort, c'est en effet de la crainte. Anne-Sophie Godon, directrice de l'innovation chez Malakoff Médéric, qui a conduit cette enquête dit : "Il y a beaucoup d'inquiétudes chez les salariés, des inquiétudes liées à la difficulté à tenir le rythme, le fait qu'ils sont plus sujets à des problèmes de santé, certains évoquent aussi des phénomènes d'usure professionnelle, certains vont même jusqu'à craindre d'être licenciés, donc les salariés expriment beaucoup d'inquiétude quant à leur capacité à travailler plus longtemps". Concrètement, 80% des salariés craignent d'avoir des problèmes de santé et de ne pas pouvoir tenir le rythme. 83% redoutent l'usure professionnelle. Et 70% ont peur de ne plus être employables.

La peur d'être mis à l'écart

Cette crainte de ne plus être employables, ça n'est pas qu'un fantasme, d'après cette étude, puisque les quelque 1 000 salariés interrogés témoignent largement d'une certaine mise à l'écart des plus de 55 ans dans l'entreprise. Pour près de six seniors sur dix, 57% exactement, la dernière promotion remonte à plus de cinq ans.
Alors que seulement 32% des autres salariés sont dans ce cas. Quinze points de différence pour la promotion interne, selon que l'on a ou pas plus de 54 ans, c'est en effet une réalité très tangible. Idem pour la formation professionnelle : les plus de 54 ans disent qu'ils en bénéficient beaucoup moins souvent que leurs jeunes collègues.


Autre point de cette enquête, les salariés veulent du temps pour aider leur proche. Rallonger la vie professionnelle, ça veut dire aussi plus de difficultés pour les salariés aidants, ceux qui ont la charge d'un parent très âgé ou malade.
Anne-Sophie Godon affirme : "Les problèmatiques familiales se déplacent, on a plus de salariés en situation d'aidants et il y a une demande forte de la part des salariés, plus particulièrement des femmes, qui attendent plus d'accompagnement, plus de services, et qui voient avec plus d'inquiétude ce rallongement de la durée de vie professionnelle". L'aide aux salariés aidants est une priorité pour plus d'un salarié senior sur quatre, d'après cette enquête.

Vous êtes à nouveau en ligne