Les salariés français disent manquer chroniquement de temps

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le chômage est au plus haut depuis quinze ans. Résultat : la charge de travail qui pèse sur ceux qui sont au travail est toujours plus forte. Les trois-quarts des salariés français disent manquer de temps et avoir du mal à concilier leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

Près des trois-quarts des salariés disent manquer de temps au quotidien. Dommage, parce que 89% de ces mêmes salariés pensent que si leur entreprise leur donnait plus de souplesse, ils seraient plus productifs au boulot. Ce qu'ils demandent ? Pas la lune. Des mesures simples d'organisation du travail : pas de réunion tard ou tôt, du télétravail, de la souplesse, du dialogue avec le management.

Pour l'instant, on ne peut pas dire que le message soit reçu cinq sur cinq par les employeurs. Plus des deux-tiers, 69%, des salariés disent que leur entreprise ne fait rien pour les aider à concilier leurs deux vies. 17% ont la chance de travailler dans une société qui prend en compte ces questions. Et pourtant, ces demandes reviennent avec une belle constance depuis la création de ce baromètre, il y a six ans, et qui touchent toutes les catégories, selon Jérôme Ballarin, président de l'Observatoire de l'équilibre des temps, qui vient donc de produire son sixième baromètre de la conciliation entre vie professionnelle, personnelle et famiale.

4,1 ans, la durée moyenne que l'on passe à un poste

Et elle s'allonge cette durée, crise oblige, on reste plus longtemps au même poste, on hésite à aller voir ailleurs ou en a moins l'occasion. Avant la crise, on ne passait pas 4,1 an derrière le même bureau, mais 3,6 ans. Selon le cabinet Deloitte, un cadre sur cinq a changé de poste en 2013, c'est peu, ça fait même partie des plus mauvais score depuis que le cabinet mesure cet indicateur. Une exception quand même : dans le secteur des technologies, la mobilité externe fait un bond. Tous les voyants sont au vert, en ce moment, pour ceux qui travaillent dans le numérique, notamment. Deloitte note un bond de 11% de la mobilité dans ce domaine.

 

 

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne