Les réseaux sociaux professionnels toujours plus forts pour la recherche d'emploi

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Selon une enquête qui porte sur les pratiques de plus de 2 600 personnes, les réseaux sociaux sont désormais incontournables.

Les réseaux sociaux sont devenus des outils de recherche d'emploi, oui, mais pas n'importe lesquels : les réseaux sociaux professionnels, comme Linkedin, pour le plus connu, mais aussi Viadéo, Quora, Plaxo ou encore Xing. Leur place dans la recherche d'emploi explose, si l'on en croit l'enquête menée par le site d'emploi HelloWork sur les pratiques de plus de 2 600 personnes.

Un tiers des candidats, en poste ou au chômage, les utilisaient l'an dernier pour chercher du boulot. On dépasse les 50% en 2018, avec 53% des candidats qui s'en servent. Un gain de 17 points en un an.

En revanche, les réseaux sociaux personnels type Facebook, Instagram ou Twitter perdent nettement du terrain dans la recherche d'emploi. Comme si les Français segmentaient plus nettement les sphères, personnelles et professionnelles. Comme s'ils avaient un usage plus mature des réseaux sociaux.

Autre stratégie qui monte : le réseautage, utiliser son réseau professionnel, jouer la carte de la cooptation. Ca n'est pas nouveau, mais c'est une pratique qui devient acceptée en France, alors que le networking nous vient plutôt des pays anglo-saxons. On n'hésite plus à solliciter ses relations professionnelles pour leur demander des infos sur le secteur, des contacts, des conseils. Une démarche qui est favorisée par l'adoption massive des réseaux sociaux professionnels.

30 secondes par CV

Autre information intéressante : les recruteurs passent vraiment peu de temps sur chaque CV. C'est un peu effrayant et ça doit encourager à faire un CV très percutant, avec un titre accrocheur, à faire ressortir ses expériences et ses succès.
Un recruteur passerait... moins de 30 secondes à observer chaque CV... La quasi totalité, 83%, se renseignent en ligne sur les candidats. On en revient aux réseaux sociaux professionnels : quand on est en recherche, avoir un compte n'est pas négociable. On n'a désormais plus le choix.

Cette nouvelle enquête ne fait que confirmer, peut-être avec plus de force, ce qui apparait ces dernières années : le fameux savoir-être. L'absence de savoir-être, c'est un motif de refus pour... 98% des recruteurs. En revanche, un bon savoir-être, c'est une raison de faire des concessions sur les diplômes et l'expérience. Huit recruteurs sur dix sont prêts à lâcher sur ces "points durs" si le candidat a de bonnes qualités humaines. Lesquelles ? En première position, de très loin, l'esprit d'équipe, suivie par le respect et l'autonomie. Vous n'avez plus qu'à remettre vos CV à jour et à y glisser quelques uns de ces mots magiques...

Vous êtes à nouveau en ligne