Les petits boulots à l'étranger, ça peut aussi payer

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les jeunes regardent vers l'étranger. Notamment les jeunes diplômés, mais pas seulement : on peut trouver assez facilement des "petiits boulots" à l'étranger qui peuvent donner un "plus" dans un CV. Demain se tient à Paris un salon destiné aux candidats à l'expatriation. Quels sont les pays qui recrutent, comment chercher et trouver du travail, comment préparer son départ ?

"S'expatrier, mode d'emploi", c'est un salon qui se tient demain toute la journée à la Cité Universitaire à Paris. Ca se passe dans la capitale, mais l'envie d'aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte, elle est présente dans toutes les têtes. La chambre de commerce et d'industrie de Paris s'affole de voir partir ses jeunes cerveaux. Selon une étude du cabinet Deloitte, 27% des jeunes diplômés qui n'ont pas d'emploi pensent que leur carrière, c'est à l'étranger qu'elle se fera. Une proportion qui flambe : ils n'étaient que 13% dans ce cas il y a deux en 2012 !

Les pays qui offrent les meilleures chances pour les candidats au départ ne sont pas forcément les plus éloignés.

En ce moment, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, le Luxembourg ou les pays du nord de l'Europe offrent les meilleures chances. Le Canada, qui a une politique d'immigration souvent favorable aux Français, reste également une terre d'opportunités.

Quant aux métiers qui permettent le plus facilement de voyager, sans surprise, ce sont les métiers dans lesquels la "french touch" est reconnue dans le monde : l'hôtellerie, la restauration, les métiers de bouche comme cuisinier, boucher, boulanger, pâtissier. les métiers du tourisme. Comme par hasard, des métiers qui recrutent en France aussi, et qui sont même en pénurie. Idem pour les ingénieurs, les informaticiens, les professionnels de la santé.

Mais l'expatriation, ça n'est forcément une affaire de spécialistes ou de cadres. Pôle Emploi International propose beaucoup de postes sans grande qualification, que l'on peut décrocher sans trop de mal mais qui peuvent être un plus sur un CV.
Des petits boulots, donc, mais qui peuvent finir par payer : d'après Oliver Sheppard, spécialiste de Pôle Emploi International, les entreprises apprécient de plus en plus que les candidats, quelque soit leur niveau, aient passé quelques temps à l'étranger, garantie de la maîtrise d'une langue étrangère et d'une ouverture culturelle.

A noter que quand on cherche du travail en Europe, on peut continuer à toucher le chômage pendant trois mois, si on est déjà à Pôle Emploi. Il faut prévenir son conseiller et demander le formulaire U2.

Les services à la personne recrutent

Le réseau Adhap, le plus grand réseau du maintien à domicile, lance sa "semaine de l'emploi". Le réseau va diffuser toute la semaine sur Twitter et sur Facebook ses offres d'emplois, des vidéos aussi pour découvrir les métiers du maintien à domicile...

Un autre réseau qui recrute, et cette fois c'est dans le ménage à domicile, avec mille postes d'employés de maison et de gouvernantes proposés par Shiva en Ile-de-France. Shiva insiste sur les possibilités d'évolution vers des postes de superviseurs, de chargés de clientèle et de responsables d'agence...

Une formation pour travailler dans l'humanitaire

Une formation pour les salariés en reconversion professionnelle. C'est l'Institut de la coopération internationale qui la propose. Avec des missions de deux à cinq mois en Afrique et en Asie. Une expérience de terrain indispensable pour tester sa vocation et prétendre à un poste dans une ONG internationale. Les formations se déroulent en région parisienne et en Haute Savoie.

Vous êtes à nouveau en ligne