Les Français champions de la dispersion au travail

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Ca n'est pas vraiment du travail, mais ça nous prend un temps fou. Une très vaste étude portant sur plus de 13 000 salariés répartis dans huit pays affirme que nous sommes les champions de ces tâches secondaires qui nous prennent en fait la plus grande partie de la journée.

Lire ses mails prend un temps fou. Les classer. Rechercher des informations, vérifier le statut d'un projet, gérer des priorités changeantes. Assister à des réunions inutiles. Des petites tâches qui ne sont pas vraiment du travail et que l'étude internationale appelle joliment "work about work". Le "travail autour du travail" lui-même. Ce ne sont pas des tâches directement productives, et pourtant, selon cette étude menée par Asana, une plateforme de gestion du travail en équipe, elles vont jusqu'à nous prendre plus de temps que le travail pour lequel on est réellement payés. Et dans ce domaine, les Français seraient les champions. L'étude a interrogé plus de 13 000 salariés dans huit pays, dont les États-Unis, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Et nous prenons la première marche du podium : en France, nous passerions 66% de notre temps à ces tâches périphériques, au "work about work".

En gros, on se disperse. L'étude précise ainsi que nous passerions cinq heures par semaine à refaire du travail qui a déjà été accompli par des collègues. Et que nous perdrions trois heures par semaine à assister à des réunions qui ne nous concernent pas. Là encore, c'est plus que la moyenne des autres pays. D'ailleurs, près d'un tiers des salariés français forment le voeu qu'en 2021, le nombre de réunions et d'appels vidéo soit réduits. Des audio et des visioconférences qui ont eu pour effet de faire exploser les horaires de travail. Déjà, en octobre dernier, une très sérieuse étude menée par la Harvard business school et la New York University avait établi que le télétravail nous avait conduit à faire 48,5 minutes de travail en plus par jour. L'étude va plus loin : selon elle, 87% des employés déclarent travailler deux heures de plus chaque jour depuis qu'ils sont en télétravail.

Résultat, on a du mal à se déconnecter

Toujours selon cette étude, 82% des travailleurs français ont du mal à se déconnecter, en deuxième place des huit pays étudiés. Il suffirait, disent-ils, que les processus soient améliorés pour faire gagner près de six heures de travail par semaine. Ce qui leur permettrait d'avoir un meilleur équilibre entre vie pro et vie perso. Et, pour la moitié d'entre eux, de réduire leur stress.

Vous êtes à nouveau en ligne