Les accros aux jeux vidéo intéressent les entreprises

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les "gamers" pourraient développer des compétences appréciées dans le monde du travail. À charge pour eux de les mettre en valeur.

Le monde du travail est à la recherche des amateurs de jeux vidéo. Il y a quelques jours se tenait à Cologne, en Allemagne, le plus grand salon de jeux vidéo. Parmi les exposants, fort d'un stand imposant : la Bundeswehr, l'armée allemande, qui cherchait à recruter des joueurs dont les qualités lui seraient bien utiles.

Des militaires en uniforme au milieu d'une foule de gamers, adeptes, eux, d'un autre uniforme : tee-shirt, jean, basket. L'image était frappante. Une trentaine de militaires allemands sont venus faire leur marché à la Gamescom, la Mecque européenne du jeu vidéo, qui vient tout juste de s'achever. L'armée n'a pas une grosse cote outre-Rhin, elle souffre d'une image vieillotte, et elle aimerait bien recruter des jeunes, des champions de Fortnite ou de World of Warcraft, à l'aise en informatique qui plus est. Pour elle, pas de doute, le profil de certains joueurs l'intéresse. C'est une tendance toute récente, et les parents qui nous lisent, si vous désespérez devant votre ado qui passe des heures devant son écran, reprenez espoir : les entreprises sont en train de comprendre que les accros aux jeux vidéo ont développé des capacités dont on a un fort besoin dans le monde du travail.

Les jeux vidéo dans le processus de recrutement

League of legends, par exemple : il faut jouer avec une équipe de cinq personnes, prendre des décisions très rapides dans un environnement mouvant, former des alliances avec d'autres équipes. Ça ne vous rappelle rien ? Oui, certains d'entre vous font ça tous les jours au boulot. Quand ils travaillent en méthode agile, en gestion de projet. Quant à Fortnite, selon Sandrine Zelinski, une spécialiste de la "gamification" des ressources humaines –on est en train de tout gamifier, instiller du jeu partout – le jeu aux 250 millions d'adeptes booste l'égo. Il incite à faire preuve de conviction et d'innovation. Selon cette observatrice, le jeu va faire émerger une vague de commerciaux et de startuppers, comme un autre jeu, Minecraft, avait fait naître une génération de développeurs.


Du reste, on commence à utiliser les jeux vidéo pour recruter. C'est une tendance qui pointe son nez. Une entreprise comme McDonalds, rien que ça, s'y met. McDo, c'est quand même 40 000 recrutements par an. Ils ont abandonné le CV pour proposer aux candidats des jeux vidéo cognitifs qui permettent d'évaluer des compétences comme la concentration, l'adaptation, l'agilité ou la mémorisation. La très sérieuse banque JP Morgan Chase s'y est mise aussi. Elle a introduit dans son processus de recrutement des jeux vidéos spécialement conçus pour évaluer l'attention, la mémoire et même l'altruisme. Des compétences que l'on appelle les "soft skills", très prisées dans le monde de l'entreprise et que les jeux vidéo non seulement permettent de détecter, mais qu'ils pourraient même contribuer à développer.

Vous êtes à nouveau en ligne