Les créateurs d'entreprise font de plus en plus appel au financement participatif

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le salon des entrepreneurs ouvre ses portes aujourd'hui au Palais des Congrès de la porte Maillot à Paris. Pendant deux jours on attend 100.000 visiteurs. Parmi eux, de nombreux candidats à la création d'entreprise. Problème numéro un pour tout créateur d'entreprise : trouver des fonds. Une nouvelle solution a la cote : le financement participatif.

Le financement participatif, ça consiste à faire appel aux particuliers pour apporter des fonds à un projet.

Ça a commencé par la musique. Des artistes ont réussi à lever pas mal d'argent comme ça. La version 2.0 du financement participatif, elle concerne l'entreprise. La petite entreprise surtout.
Vous avez un projet, vous avez besoin de quelques milliers d'euros pour vous lancer. Vous pouvez présenter votre idée sur des plate-formes de financement participatif.
Ca ne remplace pas les banques, mais on commence à connaître les noms de ces trublions de l'entrepreneuriat : Kiss Kiss Bank Bank, MyMajorCompany, Ulule et autres Réservoir Funds. Des noms que l'on va justement croiser dans les allées de ce Salon des entrepreneurs.

Les projets les plus adaptés au financement participatif, c'est notamment tout ce qui concerne l'innovation technologique, selon Vincent Ricordeau, co-fondateur de Kiss Kiss Bank Bank, la plus importante plate forme de financement participatif en France

Aux Etats-Unis, royaume du crowfunding, des projets de plusieurs dizaines de millions de dollars se sont montés comme ça.
Mais il y a plus simple. Il va y avoir par exemple au salon des entrepreneurs des centaines de personnes qui ont envie de créer un business "tout simple", un commerce, des services à la personne. Et ça aussi désormais c'est possible grâce au financement participatif.

On sollicite donc les particuliers et puis bien sûr on les rembourse. On affiche son échéancier de remboursement sur la plateforme, c'est généralement sur douze ou quinze mois. Le système est basé sur la confiance mutuelle. Et le plus étonnant c'est ça marche.

Aujourd'hui, on récupére sa mise mais on ne gagne pas d'argent. Mais ça va changer. Et dans quelques jours. Le gouvernement prépare un nouveau cadre pour le financement participatif. Les particuliers vont pouvoir investir, devenir actionnaires de petites entreprises.

On serait content de son salaire quand ses collègues sont bien payés

C'est une étude étonnante repérée sur le site des Echos : selon l'école d'économie de Paris, on est davantage satisfait de son salaire quand les autres, dans l'entreprise, sont bien payés et même mieux payés que soi ! Ce qui importe, c'est le salaire médian de l'entreprise. Plus il est élevé, plus on est content. Les chercheurs appellent ça un "effet signal". De hauts salaires permettrait d'espérer être soi-même un jour bien payé. L'effet signal serait particulièrement fort chez les jeunes. C'est logique. Mais une autre étude, californienne celle-là, avait révélé que la publication des salaires pouvait aussi sérieusement démotiver les moins bien payés. Question d'équilibre.

Un nouveau site d'emploi pour les cadres

C'est Régionsjob, un poids lourd de l'emploi qui le lance aujourd'hui : ça s'appelle Cadréo et ça se veut un outil qui permet de faire de la veille, de connaître les cabinets de chasseur de tête et de gérer sa carrière.

Vous êtes à nouveau en ligne