Le vote FN et l'abstention seraient liés au travail répétitif

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un économiste vient de mettre en évidence un lien entre le travail répétitif et le vote Front national et l'absention à la dernière élection présidentielle. Moins on est libre dans son travail, plus on aurait voté pour Marine Le Pen ou plus on se serait abstenu d'aller aux urnes.

Moins on est libre dans son travail, plus on aurait voté pour Marine Le Pen ou plus on se serait abstenu d'aller aux urnes. L'économiste Thomas Coutrot, chef du département "conditions de travail et santé" à la Dares, l'organisme statistique du ministère du Travail, vient de mettre en évidence un lien entre le travail répétitif, le vote Front national et l'absention à la dernière élection présidentielle.

Thomas Coutrot a aussi un engagement politique. Il est Co-fondateur du mouvement altermondialiste Attac, membre de l'association des Economistes attérés et tout récemment signataire d'une tribune en soutien au mouvement des cheminots. Toujours est-il qu'il a croisé les chiffres d'une enquête sur les conditions de travail et les votes par communes à la dernière présidentielle. Et qu'il en ressort un lien étonnant : "Dans les communes où Marine Le Pen a dépassé 30% au premier tour de la présidentielle, les enquêtes sur les conditions de travail montrent que 48% des personnes disent qu'elles ont un travail répétitif, c'est à dire un travail qui consiste à répéter une même série de gestes ou d'opérations toute la journée. C'est seulement 31% dans les communes qui ont voté Macron ou Fillon. De façon systématique, les personnes qui ont voté pour Marine Le Pen déclarent des contraintes plus fortes, un travail moins autonome."

Le même lien existerait avec l'abstention 

Dans les communes qui ont connu un taux d'abstention supérieur à 30%, l'économiste affirme qu'il y a plus de personnes qui disent ne pas pouvoir prendre d'initiative dans leur travail ou devoir appliquer strictement des consignes, ne pas pouvoir avoir de marges de manoeuvre. Même si Marine Le Pen est arrivée en tête chez les ouvriers, ça n'explique pas tout. Ce sont bien les ouvriers les moins autonomes qui ont tendance à voter Front national ou à s'abstenir.

"Des études à l'étranger ont montré qu'une soumission aux ordres, une absence d'initiatives, de liberté et d'autonomie dans le travail se transmet dans la vie citoyenne. Des personnes qui sont habituées à obéir à des ordres, à ne pas prendre d'initiative dans leur travail, vont avoir tendance soit à rester passives dans la vie politique, soit à se réfugier sous l'aile d'un personnage autoritaire qui va leur éviter d'avoir à prendre des initiatives", explique Thomas Coutrot. Et d'après l'économiste, la proportion de personnes dont le travail consiste à répéter les mêmes gestes et opérations est passée de 28% à 42% au cours de ces quinze dernières années.

Vous êtes à nouveau en ligne