Le coworking, une nouvelle façon de travailler ensemble

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La galère des transports vous a peut-être fait dire : et si je travaillais de chez moi ? Pour ça il y a le télétravail, bien sûr, mais aussi une nouvelle forme d'organisation : le coworking. Un peu partout en France, des espaces de coworking s'ouvrent. On y retrouve des travailleurs indépendants, mais aussi des salariés pour qui cette solution est plus simple et plus sympa.

Le coworking, il va falloir vous faire à ce nouveau mot. On compte de plus en plus de travailleurs indépendants. Ils seraient 700.000 en France. Un chiffre en progression de 85% au cours des dix dernières années. Développeurs informatiques, graphistes, consultants, rédacteurs, auto-entrepreneurs de tout poil. Plutôt que de travailler seul dans un coin de l'appartement, ils sont de plus en plus nombreux à se regrouper dans ces "espaces de coworking".

Certaines de ces solutions sont présentées aujourd'hui et demain sur le parvis de La Défense. Le coworking c'est tout simple : ce sont des espaces qui regroupent des services multiples : de quoi brancher son ordinateur, des imprimantes, machines à café, salles de réunion, espaces pour téléphoner tranquille. Mais le coworking, ce sont surtout des petites communautés professionnelles.

 

Des lieux s'ouvrent. En ville surtout. A Paris, le grand espace à la mode, c'est Numa, avec plusieurs étages spécialisés. Il y a aussi le Biotope, entre espace de coworking, incubateur de start-ups et pépinière d'entreprises. Rien à côté de ce qu'on trouve à Berlin, Amsterdam ou aux Etats-Unis. Prix moyen pour un coworker : environ 250 euros par mois, selon Xavier de Mazenod, l'un des organisateurs du tour de France du télétravail qui fait une étape à La Défense aujourd'hui et demain pour présenter les solutions de télétravail et de coworking.

 

Une étude qui va faire plaisir aux râleurs

 

Le Daily Mail rapporte une étude universitaire américaine - assez improbable, comme souvent - selon laquelle les râleurs et les gens de mauvaise humeur seraient plus efficaces au travail. La raison : ils sont moins ouverts vers de nouvelles activités que ceux qui voient la vie en rose. Ils se concentrent sur quelques domaines et finisssent donc par devenir meilleurs. On a peut-être découvert le secret de la fameuse productivité française.

 

Un dernier mot avec un sondage : 40% des Français pensent qu'ils ont un meilleur emploi que leur parent, selon un sondage produit par le site d'emploi Météojob. L'ascenseur social ne serait donc pas totalement en panne.

 

Vous êtes à nouveau en ligne