Le chômage sévit mais l'armée recrute

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Vous avez peut-être vu ce matin de grandes affiches vous invitant à rejoindre l’armée de l’air. Le chômage sévit, mais l’armée recrute. L'armée de l'air annonce aujourd'hui deux mille recrutements.

 

C’est à partir d’aujourd’hui que la grande campagne de recrutement de l’armée de l’air s’affiche un peu partout en France

Sur fond de missions aériennes françaises et de menace terroriste. Un hasard. L’an dernier, l’armée de terre avait ouvert ses bureaux de recrutement en plein opération au Mali. L’actualité n’avait pas dissuadé les vocations : l’objectif des dix mille recrues avait été atteint, affirme l’armée de terre. La Marine a de son côté, un peu plus de mal à trouver les trois mille jeunes dont elle a besoin chaque année. Les candidats redoutent l’éloignement de leur famille.

L’armée de l’air recrute pour sa part deux mille jeunes. Pour cinquante métiers différents. Kevin Schellenberg, qu’il faut désormais appeler « l’aviateur Schellenberg », rêvait de devenir photographe de presse. Pas évident dans le civil. Mais sous les drapeaux, c'est possible.

Parmi les arguments qui ont conforté Kevin de revêtir l'uniforme, quelques avantages financiers. Le gite et le couvert quasi gratuits. A 22 ans, ça permet de faire des économies. Tout en apprenant son métier.

Dans l’armée, on ne parle pas de salaire mais de solde

Celui des aviateurs rappelle la grille de la fonction publique. Dans l’armée de terre, un militaire du rang, sans diplôme, est payé mille deux cent euros par mois, logement et nourriture assurés. Plus la formation gratuite.

Le général Tafani, le DRH de l’armée de l’air reconnait que ça n’est pas avec l’argument financier que l’armée peut gagner la guerre du recrutement. Qui est d’ailleurs un âpre combat : pour certaines spécialités très demandées comme mécanicien aéronautique, expert des télécom ou de l'informatique, voire même comptabilité et ressources humaines, le combat fait rage avec les entreprises privées. Pour attirer les talents, l’armée joue sur ses valeurs, sur l'exotisme, mais aussi sur l’expérience que l'on peut acquérir dans l’armée. Elle se revend très bien sur le marché du travail : 80% des jeunes qui terminent leur contrat trouvent un travail dans le civil dans les trois mois qui suivent.